#U21 - MONDIAL - Bien bronzés !

Battus samedi en demi-finales par le Danemark (34-37), les Bleuets ont relevé la tête pour décrocher la médaille de bronze mondiale face aux Allemands (23-22). Cette génération 96-97 aura été médaillée chaque année depuis 2014 avec dans l'escarcelle 2 médailles d'or et 2 de bronze. L'Espagne, championne d'Europe en titre, a remporté la finale 39-38 face au Danemark.

Comme l'an passé à l'Euro, les Bleuets ont su ravaler leur déception pour remporter la petite finale qui met aux prises les équipes vaincues la veille en demi-finales. Face à l’Allemagne, vice-championne d’Europe 2016, les Bleuets ont cravaché dur pour ne pas repartir bredouilles d’une compétition où ils visaient pas moins que le titre. Menés à l’issue du premier acte (10-12), les Bleuets sont revenus avec plus de mordant et d’efficacité en signant un 8-2 (18-14, 40e). Dès lors, l’Allemagne ne repassera plus devant… Même si jusqu’à la dernière seconde, l’équipe de France est restée sous la menace de la Mannschaft. Sur la dernière séquence, un double arrêt de Julien Meyer (16 arrêts, 42 %) a permis de préserver le court avantage (+1) pour s’offrir le droit de monter sur le podium. « Sur cette petite finale, nous avons connu une entame un peu difficile. Les garçons étaient encore sur le coup de la déception de la veille, explique Yohann Delattre. Être tout proche à la mi-temps a permis de remobiliser tout le monde et parallèlement l’Allemagne a peut-être un peu baissé de rythme. Les garçons ont réussi à garder la tête froide et cette médaille de bronze a une sacrée saveur. »

La veille, face aux Danois, une seule fois (26-25, 40e), les Bleuets étaient passés devant mais les 18 arrêts du portier danois, Simon Gade, ont fini par annihiler une escouade tricolore moins efficace que son homologue scandinave. « Cette demi-finale se joue à pas grand chose, c’est décevant. Les Danois ont bien joué le 7 contre 6 et de notre côté nous avons laissé trop de ballons en route. Sans une grande prestation du gardien espagnol, le Danemark aurait dû gagner la finale. »

Sous les sifflets
« Nous avons aussi évolué dans un contexte un peu particulier et je suis convaincu qu’il nous a coûté un ou deux ballons. Une telle situation fait aussi partie de l’apprentissage ; c’est très formateur. » Yohann Delattre fait allusion aux flopées de sifflets qui ont tristement accompagné les Bleus pendant leur quinzaine algéroise. Si ces manifestations hostiles peuvent éventuellement trouver leur sens lorsqu’il s’agit d’un match face au pays hôte, elles sont intolérables en dehors de ce contexte. Le terrain de ces Championnats du monde aura malheureusement servi d’exutoire à une partie du public sûrement bouleversée par l’histoire mouvementée entre les deux pays.

Avec cette ultime médaille de bronze venue récompenser une équipe présente dans le dernier carré sur tous les Euros et les Mondiaux depuis 2014, la génération 96-97 aura marqué son passage. Quelques-uns sont déjà apparus en équipe de France senior et peuvent lorgner légitimement sur un futur radieux. « Travailler et vivre avec cette génération fut un grand plaisir, confie Yohann Delattre qui, comme Pascal Person hier et Éric Quintin demain, voit partir ses ouailles. La relation était basée sur l’échange et la confiance. J’espère que l’on reverra cette génération. »

CHAMPIONNATS DU MONDE EN ALGÉRIE : 18 au 30 juillet

PROGRAMME ET RÉSULTATS :
Classement :
Groupe A :
1/ Allemagne 2/ Norvège 3/ Hongrie 4/ Îles Féroé 5/ Corée-du-Sud 6/ Chili
Groupe B : 1/ France 2/ Slovénie 3/ Danemark 4/ Suède 5/ Égypte 6/ Qatar
Groupe C : 1/ Espagne 2/ Macédoine 3/ Tunisie 4/ Russie 5/ Brésil 6/ Burkina-Faso
Groupe D : 1/ Croatie 2/ Islande 3/ Algérie 4/ Argentine 5/ Arabie-Saoudite 6/ Maroc

Mardi 18 juillet :
France - Égypte : 36-30 (16-15)
Mercredi 19 juillet : Suède - France : 28-31 (19-19)
Vendredi 21 juillet : France - Slovénie : 22-22 (12-12)
Samedi 22 juillet : Qatar - France : 18-35 (7-17)
Lundi 24 juillet : France - Danemark : 30-22 (12-9)

Mercredi 26 juillet - Huitièmes de finale : France - Îles Féroé : 28-25 (14-12)

Jeudi 27 juillet -
Quarts de finale :
France - Macédoine : 33-17 (14-9) // Tunisie - Allemagne : 21-27 (11-14) // Danemark - Russie : 38-31 (15-12) // Hongrie - Espagne : 29-30 (ap 24-24, 12-15)

Samedi 29 juillet
- demi-finales :
France - Danemark : 34-37 (16-17)
Allemagne - Espagne : 21-26 (11-12)

Dimanche 30 juillet :
Places 3-4 : France - Allemagne : 23-22 (10-12)
Finale : Danemark - Espagne : 38-39 (16-18)


LA SÉLECTION : Gardiens :
Medhi HARBAOUI (Istres Provence HB) - Julien MEYER (Chambéry Savoie Mont-Blanc) / Ailiers gauches : Adama KEITA (Paris SG HB) - Etienne MOCQUAIS (USM Pontault-Combault HB) / Arrière gauche : Vincent MAGUY (Cesson-Rennes Métropole HB) / Demi-centre - arrière gauche : Romain LAGARDE (HBC Nantes) / Demi-centres : Lucas FERRANDIER (US Créteil HB) - Aymeric MINNE (Pays d’Aix UC) / Pivots : Hugo KAMTCHOP-BARIL (Cesson-Rennes Métropole HB) - Gabriel NYEMBO (Sélestat Alsace HB) - Dragan PECHMALBEC  (HBC Nantes) / Demi-centre - arrière droit : Melvyn RICHARDSON (Chambéry Savoie Mont-Blanc) / Arrières droits : Dima MEM (FC Barcelone) - Tom PELAYO (Dunkerque Grand Littoral HB) / Ailiers droits : Florian BILLANT (Dunkerque Grand Littoral HB) - Yanis LENNE (Sélestat Alsace HB) - 17e joueur : Junior SCOTT (Dunkerque Grand Littoral HB)

LE STAFF : Entraîneur : Yohann DELATTRE / Adjoints : Marc FERRON, Arnaud PARISY, Marc TEISSONNIÈRE (physique), Daouda KARABOUÉ (gardiens) / Médecin : Georges HADJEZ / Kinésithérapeute : Stéphane LAVIE / Chef de délégation : Philippe BOUTHÉMY.

Publicité

  • France Euro 2018
  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • EHF
  • Hand-clean