Deux joueuses, Méline Nocandy et Roxanne Frank, ont connu leur première sélection jeudi soir face à la Roumanie. Sur le Gerflor de la Maison des Sports de Clermont-Ferrand, Roxanne Franck a réussi son entrée en matière, dans la lignée des grandes gardiennes bisontines.

Comment as-tu accueilli cette première sélection ?
Elle est intervenue lors du stage et je ne m’attendais pas du tout à être appelée. Ce fut une réelle surprise et j’imaginais encore moins jouer une mi-temps sur le premier match. Je suis trop contente et je ne réalise pas encore. Pendant la Marseillaise, j’avoue que j’ai eu du mal à contenir mes émotions. Se retrouver au milieu des championnes d’Europe, tu te sens bien et forcément aussi un peu petite.

Dès le premier tir, tu t’es illustrée par un arrêt…
J’ai abordé le match pour me faire plaisir et le jouer sans pression. Les filles m’ont dit « éclate-toi et prend du plaisir ».  Sortir le premier ballon m’a bien lancé dans le match. Les quatre pénos sortis par Laura ne m’ont pas mis de pression mais je devais poursuivre son travail. Je voulais en profiter à fond.

Peut-on déjà parler de complicité avec Laura Glauser ?
Oui il y a de la complicité mais c’est elle qui m’apporte son expérience. C’est top car dans des matches comme ceux-là, il faut savoir gérer certains moments. Sa présence m’a facilité la tâche et m’a permis de me concentrer seulement sur le ballon. J’avais un peu d’appréhension mais maintenant j’ai très envie d’y retourner. À un moment, j’ai regardé le chrono et je me suis dit « ah déjà ? Il reste seulement deux minutes. »

Publicité