À sa reprise le 28 août 2019 prochain, le championnat de LFH sera rebaptisé LIGUE BUTAGAZ ENERGIE et ce, pour les trois prochaines saisons sportives. Nodjialem Myaro, présidente de la Ligue Féminine de Handball (LFH) se réjouit forcément de l’arrivée d’un partenaire titre.

L’organisation de l’EHF EURO 2018 en France et le succès de l’équipe de France ont-ils contribués à convaincre un partenaire majeur de s’engager ?
Sans aucun doute oui. Au-delà du contexte favorable à la place de la femme dans la société, les résultats de l’équipe de France et l’exposition des clubs ont clairement contribué à l’arrivée de Butagaz.

Est-ce le bon timing pour la LFH qui fêtait ses dix ans en début de saison ?
Depuis plusieurs saisons, la LFH se préparait à l’arrivée d’un partenaire titre, le cahier des charges était prêt. Avec tout le travail réalisé en amont, l’arrivée de Butagaz est un éclaireur qui va contribuer à l’autonomie de la LFH. Nous disposons déjà de partenariats conséquents et le budget apporté par Butagaz permettra plus de structuration et un meilleur accompagnement des clubs. Dans un premier temps, il faut consolider les bases. Si la vision n’est pas encore parfaite dans tous les clubs, le niveau de prestation proposé est élevé.

Ce naming avec Butagaz aura-t-il un effet d’entraînement pour d’autres partenaires ?
Les audiences du sport féminin en témoignent : il incarne des valeurs fortes. Butagaz a eu le courage de s’investir à nos côtés. Il fallait oser et j’espère en effet que le partenariat attirera le partenariat.

Publicité