Après son lourd revers face au Portugal (33-27), l’équipe de France n’a pas d’autre choix que de se relever dès dimanche à Strasbourg. Sans nier les difficultés sur le terrain, Didier Dinart estime que son groupe a manqué d’engagement. Il déplore également une gestion et une approche tactique défaillantes dans la préparation du match.

Comment expliques-tu cette lourde défaite ?
Les semaines internationales sont courtes. Nous pensions être prêts au niveau tactique et au niveau de l’engagement mais finalement nous avons pêché dans ces deux secteurs. L’équipe portugaise a su prendre notre mesure et mettre en lumière nos lacunes. Nous avons fait face à une équipe portugaise invaincue dans ces qualifications et qui a mis toute son envie pour gagner la rencontre. Je ne crois pas que le Portugal possède de meilleures qualités mais le haut niveau, c’est de l’engagement. Et on a vu hier soir que nous n’avons pas su nous engager pendant cette heure de jeu.

Forcément cette défaite change la donne dans ces qualifications. Quelle réaction attends-tu dimanche à Strasbourg ?
Ce scénario n’était pas prévu : nous avions imaginé gagner ces deux rencontres. Hier soir à Guimaraes, nous avons joué face à un adversaire invaincu dans ces qualifications et qui cherche aussi à se qualifier. Nous avons l’obligation de gagner dimanche dans la course aux qualifications, aussi pour empêcher le Portugal de se qualifier directement, car alors nous serions en difficulté.

Selon toi, quelles sont les pistes d’amélioration pour retrouver une équipe de France conquérante et plus efficace ?
Nous avons des imperfections dont il faudra tirer des enseignements, au niveau du coaching et dans la façon de préparer les matches. Je préfère penser que c’est dans mon sens, dans la façon de gérer le collectif et l’approche tactique. Il aurait fallu être plus concis et travailler plus précisément cette semaine. Les joueurs sont certes les premiers acteurs mais l’identité et le ton d’une équipe dépendent souvent de son entraîneur.
Je ne cesse de ressasser que nous ne sommes pas les Experts car il en reste seulement quatre parmi les dix-huit joueurs présents. Notre équipe est à la recherche de son identité. Il faut qu’elle fasse preuve de beaucoup plus de caractère au quotidien et dans l’envie.

Publicité