• Accueil > 
  • Actualités > 
  • #Séminaire - « Élève handballeur aujourd'hui, citoyen 2024 »

#Séminaire - « Élève handballeur aujourd'hui, citoyen 2024 »

Lundi 5 et mardi 6 novembre, la FFHandball organisait un séminaire réunissant les acteurs du monde scolaire et universitaire au sein de la famille du Handball. Fort du constat que les élèves d’aujourd’hui seront les Handballeurs, les éducateurs et les dirigeants de 2024, la fédération a souhaité envisager les passerelles avec l’école afin de former des Handballeurs cultivés, des spectateurs éduqués et des bénévoles engagés.

Dans l’auditorium de la Maison du Handball, généreusement rempli, Pascale Jeannin pose le décor. « Ce séminaire est l’occasion de réaffirmer, la valeur à laquelle la FFHandball est certainement la plus attachée, sa fonction éducative, et ce avec l’ensemble des acteurs concernés : l’éducation nationale et les familles. » Le Handball, un sport de préau avec toutes les valeurs éducatives qui le caractérise ? Et bien cultivons notre ADN. « Une fédération ne peut se contenter de nourrir exclusivement des objectifs de résultats. Au-delà de cette volonté d’être les plus performants dans les compétitions dans lesquelles nous sommes engagés, notre ambition est de contribuer à la formation d’une jeune citoyenne, d’un jeune citoyen qui deviendront des adultes en capacité d’exercer leur esprit critique », poursuit Pascale Jeannin, membre du Conseil d’Administration de la FFHandball en charge des relations scolaires et universitaires, et initiatrice de ce séminaire qui a réuni 180 participants (dont 30 étudiants en Staps Handball de l’Université Paris 13) en plus d’une flopée d’intervenants de qualité, alternant les prises de parole à la tribune et animant les diverses tables rondes deux jours durant. En plus des représentants des équipes techniques régionales, l’éducation nationale a démontré toute son implication avec une représentation fournie de l’USEP, de l’UGSEL et de l’UNSS, en plus de la participation des référents de l'enseignement de l'éducation physique et sportive des 1er et 2e degré.

Pascale Jeannin : « construisons nos passerelles »
Bien entendu, les deux gymnases de la Maison du Handball ont été investis pour présenter les pratiques désormais réunis sous la bannière des Handballs : babyHand, Hand premiers pas, Hand à 4 et le Handfauteuil. « Pour la FFHandall tous les voyants sont au vert, poursuit Pascale Jeannin, formatrice au Staps de l’Université Paris 13. Nous disposons d’un outil de travail fonctionnel, nous avons retravaillé nos contenus, développé des formes de pratique adaptée, et la motivation est là, nous avons envie ! « C’est le moment », comme l’assène le président Joël Delplanque. Nous sommes prêts pour travailler ensemble, et afin que cette graine des JOP 2024 soit la plus fertile possible, développons, construisons nos passerelles pour cette génération que nous voulons sportive, engagée et responsable. »

Philippe Bana : « l’enjeu de la base de la pyramide »
« Il y a une année de cela nous avons mis en place une veille nationale afin de retrouver une place forte au sein du Ministère de l’éducation nationale avec des soutiens importants et notamment Pascale Jeannin, élue et militante de la fédération, qui est issue de l’éducation nationale, apprécie le Directeur Technique National, Philippe Bana. Avec nos nouvelles pratiques, notamment le Hand à 4, nous sommes en capacité d’effectuer un retour massif à destination du monde scolaire. » L’objectif du séminaire - une réussite unanime - était de se reconnecter à l’éducation nationale. Car si le Handball compte 205 000 licenciés à l’UNSS qui en fait toujours le premier sport collectif, la tradition se perd. « L’enjeu est de retrouver un vrai contact avec les enseignants sur les contenus de formation et l’introduction de nouvelles pratiques simplifiées pour les publics des collèges et des lycées. C’est pourquoi, avec le Hand à 4, nous espérons beaucoup, c’est l’enjeu de la base de la pyramide. » Les équipes techniques régionales des Territoires (ETR) ont pour mission de se rapprocher du réseau éducation nationale et de son maillage avec l’USEP, l’UGSEL et l’UNSS dans les Territoires. « Ce séminaire a créé beaucoup d’énergie dans un contexte familial que j’ai adoré, moi qui ai été prof de gym au début des années 80. »

Lionel Peyreton : « c’est encore perfectible »
Professeur d’EPS au collège Foch de Strasbourg, Lionel Peyreton a pris part au séminaire. « Je tiens d’abord à souligner la très grande qualité de l’organisation, tant humaine que matérielle, ainsi que la richesse des tables rondes et la présentation des pratiques. La Maison du Handball, c’est le nec plus ultra. Et d’ajouter : que la fédération invite l’Éducation Nationale, je trouve cela fort. » Membre du jury national du Capeps, spécialité Handball, Lionel Peyreton participe au développement du Hand à 4 au niveau de l’UNSS. « Je souhaite que le Hand à 4 soit enseigné. À effectif réduit, la pratique est aussi intéressante. Quatre équipes peuvent jouer tandis que sont développés les rôles d’arbitres et d’observateurs. Le Hand à 4 permet de répondre aux trois notions que sont l’écoute, la prise de décision et l’arbitrage. » Chaque année, cet ancien joueur de N2 emmène tous ses élèves des classes de 6e découvrir le niveau professionnel en assistant à un match de l’Essahb (Strasbourg). « Car malgré les nombreux titres remportés par le Handball français, le lien ne s’effectue pas forcément. »

 

 

  • France Euro 2018
  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • EHF
  • Hand-clean