Premières sorties pour les championnes

Parées d’or à Hambourg le 19 décembre dernier, les championnes du monde reviennent en piste à Bayonne et à Pau pour une double opposition face au Brésil. Rassemblées à Capbreton, les joueuses d’Olivier Krumbholz entament un cycle de préparation de 9 mois qui les conduira jusqu’à l’EHF EURO 2018 à partir du 29 novembre à Nancy.

Son numéro 64 collera ainsi parfaitement au décor. À Gan puis à Bordes, la jeune Alexandra a fait trembler les filets jusqu’en D2 avant de connaître un destin international. Si l’arrière droite des Bleues a souvent fréquenté les Landes et Capbreton lors des périodes de préparation, elle n’a pas souvenir d’avoir joué à domicile avec la tunique tricolore. À bientôt 31 ans, Alexandra Lacrabère, entame pourtant sa 13e année avec l’équipe de France. Le dimanche 25 mars, à l’annonce de son patronyme, une clameur jaillira des travées du Palais des Sports de Pau. « Forcément jouer chez soi, en plus avec le titre mondial, aura une saveur particulière, sourit Alexandra. Je reçois beaucoup de sollicitations mais je préviens : je ne suis pas la billetterie officielle pour ces deux matches. La Paloise se réjouira des moments intenses de reconnaissance. Quatre jours après le titre, je suis partie au bout du monde. Je me suis isolée en Islande, sans téléphone », confie la Paloise qui rejoindra Fleury - Loiret la saison prochaine puisque la section féminine du Vardar Skopje sera refermée. « Je n’étais pas consciente du plaisir que l’on apporte aux gens. En allant à gauche et à droite, j’ai croisé des personnes qui m’ont confié leur plaisir de nous avoir vu gagner. Elles avaient les larmes aux yeux. C’est incroyable d’apporter de telles émotions et c’est motivant pour conquérir de nouveaux titres. » En quelques jours seulement, les places des Palais des Sports de Lauga à Bayonne et de Pau ont tourvé preneurs. « Pour nous, il n’y a pas de matches amicaux. L’objectif est de gagner l’Euro à la maison et il faut se servir de tous les matches pour se préparer, assure Alexandra Lacrabère. Je l’ai dit à Hambourg, après la finale, c’est dur de gagner mais le plus difficile est de rester au sommet. »

« On commence à avoir une bonne attaque »

Avec trois performances à la suite (J.O., Euro et Mondial), l’équipe de France avance de solides arguments et plus de maîtrise avec un effectif tout entier compétitif.  « Lorsqu’un adversaire nous observe, il ne sait pas qui prendre. Nous sommes vraiment une équipe car chacune apporte sa pierre à l’édifice, rapporte l’arrière droite. Avec notre grosse défense, l’équipe de France fait peur… Et on commence à avoir une bonne attaque, plus épurée et moins dépendante d’Allison Pineau et de moi-même. » Le tout forme une redoutable machine à performer qui sera soumise en novembre prochain au contexte d’une compétition à domicile. À Nancy, l’équipe de France s’avancera en favorite après sa formidable victoire du Mondial 2017. « On ne prend pas la pression. Les anciennes sont là pour expliquer aux jeunes ce qu’il peut se passer. Olivier Krumbholz réalise un gros travail en ce sens en expliquant ce qu’il se passera et nous collaborons aussi avec le préparateur mental. Les jeunes sont insouciantes et les anciennes régulent. » Des anciennes qui semblent associées au moins jusqu’aux J.O. de Tokyo. « Je ne peux pas parler pour mes coéquipières mais moi j’ai bien l’intention d’aller jusqu’au bout. Dès lors où je reste compétitive, je ne peux pas fixer de date, rassure la Paloise. Ce titre mondial, je l‘ai apprécié et je le vois comme un tremplin pour décrocher la première médaille d’or européenne. »

PROGRAMME :
- Lundi 19 mars :
stage à Capbreton
- Jeudi 22 mars - 19h00 - Palais des Sports de Lauga à Bayonne : France - Brésil à suivre en direct sur beIN SPORTS 2
- Dimanche 25 mars - 16h00 - Palais des Sports de Pau : France - Brésil à suivre en direct sur beIN SPORTS 1

NB : Amanda Kolczynski a été appelée en renfort pour pallier a gêne au genou de Bladnine Dancette. Tamara Horacek a également rejoint le groupe à la place d'Orlane Kanor rentrée à Metz pour soigner une blessure au pied droit.
 
LE GROUPE : Gardiennes : Cléopatre DARLEUX (Brest Bretagne HB) - Catherine GABRIEL (ES Besançon) - Amandine LEYNAUD (Vardar Skopje) / Ailières gauches : Siraba DEMBÉLÉ - capitaine (Rostov) - Manon HOUETTE (Metz HB) / Arrières gauches : Orlane KANOR (Metz HB) - Kalidiatou NIAKATÉ (Nantes LA) - Gnonsiane NIOMBLA (Bucarest) / Arrière gauche / Demi-centre : Allison PINEAU (Brest Bretagne HB) / Pivots : Béatrice EDWIGE (Metz HB) - Laurisa LANDRE (Metz HB) - Astride N'GOUAN (Brest Bretagne HB) / Demi-centres : Tamara HORACEK (Issy-Paris HB) - Estelle NZE-MINKO (Siofok) - Grâce ZAADI (Metz HB) / Arrières droites : Camille AYGLON-SAURINA (Bucarest) - Alexandra LACRABÈRE (Vardar Skopje) / Ailières droites : Blandine DANCETTE (Nantes LA) - Laura FLIPPES (Metz HB)  - Amanda KOLCZYNSKI (ES Besançon).

LE STAFF : Entraîneur : Olivier KRUMBHOLZ / Adjoints : Sébastien GARDILLOU, David BURGUIN et Christophe CAILLABET / Préparation physique : Pierre TERZI / Médecin : Cindy CONORT / Kinésithérapeutes : Pierre GILLET, Annick LE NAOUR, Célestin DAILLY / Préparateur mental : Richard OUVRARD / Assistant : Philippe RAJAU / Relation Media : Diane PROUHET / Directeur Technique National : Philippe BANA.

Publicité

  • France Euro 2018
  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • EHF
  • Hand-clean