Joëlle Demouge : « Une École d’une autre envergure »

À l'occasion du Championnat du monde masculin de Handball 2017, l'École Internationale des Entraîneurs s’est tenue du 11 au 14 janvier 2017 à Serris Val d'Europe et à l'AccorHotels Aréna de Paris. Organisée conjointement avec l’IHF, cette EIE a rassemblé près de 400 participants issus de 24 nations parmi lesquels Joëlle Demouge qui nous livre son sentiment.

Autrefois CTS en Franche-Comté, co-entraîneur de Besançon et entraîneur de l'équipe de France Jeunes filles, Joëlle Demouge a aussi formé de nombreuses internationales : Raphaëlle Tervel, Sophie Herbrecht ou encore Laura Glauser pour ne citer qu’elles. Aujourd’hui professeur de sport à la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale PACA, responsable de l’antenne de Nice, elle est aussi la référence technique du club de l’AS Cannes - Mandelieu HB. En habituée de l’École française des Entraineurs, elle porte un regard avisé sur l’édition internationale de 2017.

Mats Olson à la pointe

Pendant que les équipes bataillaient dans les arénas de l’hexagone, les techniciens échangeaient et planchaient sur le Handball de demain. Pour cette édition 2017, la grand-messe annuelle a rassemblé une large communauté internationale avec des stagiaires venus de tous les continents. Les interventions des entraineurs étrangers ont forcément marqué les esprits, par leur approche différente et leur nouveauté. « Cette édition était d’une autre envergure, tant sur le contenu que sur les moyens mis en œuvre avec une équipe d’organisation de choc. J’ai aussi pu saluer mes anciens collègues, a apprécié Joëlle Demouge. L’intervention du Suédois Mats Olson, une pointure, sur le gardien de but, était très passionnante » L’Allemand Michaël Biegler, le Néerlandais Henk Groener et le Sud-Coréen Lim Young Chu ont également dispensé leur vision et leur approche du Handball.

Le plus des tables rondes

« La mise en place des tables rondes est un vrai plus. Cela dynamise l’École et cela apporte aussi de l’oxygène. » Des tables rondes interactives qui ont facilité les échanges et animé les débats. « J’ai particulièrement apprécié l’intervention de Béatrice Barbusse sur les nouvelles pratiques dans les quartiers, en lien avec les collectivités territoriales. Son approche qui consiste à positionner le club de Handball dans son environnement est très pertinente. » Joëlle Demouge regrette toutefois que la pratique féminine n’ait pas été plus mise en avant, en dehors de la séquence d’entraînement animée par Laurent Bezeau avec les joueuses de Noisy-Le-Grand. « On veut développer la pratique féminine mais la représentation est trop faible à la fois dans les interventions mais aussi parmi les stagiaires. On nous promet que l’Euro 2018 sera une opportunité mais ce n’est pas une réponse. »

Pratique féminine à mieux valoriser et à mieux exposer

La technicienne a loué aussi la qualité de certaines interventions, comme celle de Patrice Canayer sur les nouvelles règles. « Ses exposés sont toujours remarquables, clairs et pédagogiques. Surtout, après la présentation théorique, l’illustration technique est un vrai plus. » Les entraîneurs des équipes de France masculines, Yohann Delattre, Éric  Quintin et Pascal Person, ainsi que Fabien Courtial faisaient également partie des intervenants de cette EIE 2017. Joëlle Demouge a tenu aussi à revenir sur la table ronde qui portait sur la formation, sur le plan tactique, des internationaux. « C’était un thème courageux abordé par Max Giagheddu. Les joueurs internationaux ont salué la qualité de la formation technique et physique mais se sont plaints d’un déficit de culture tactique, ce à quoi les formateurs ont apporté des réponses. » Un sujet qui ne manquera sûrement pas d’être à nouveau évoqué à l’avenir.

Publicité

  • LFH
  • LNH
  • Coupe de France
  • France Handball 2017
  • Boutique officielle FFHB
  • Leg'Hand
  • Hand-clean