#Finalités nationales - N2M - Rezé au sommet

Portés par un début de match canon, les Rezéens ont ravi la finale de N2M avec talent et opiniâtreté (30 à 22). Le Case Cressonnière, lui, reste toujours en quête d’une victoire dans la catégorie.

Vainqueur autoritaire de la finale ultramarine, le Case Cressonnière avait impressionné tout le petit monde amateur de la balle pegueuse. Et c’est en conséquence, que ce sont préparés les Rezéens, qui, d’emblée, étouffaient les Réunionnais (0-4, 4e). Groggys, ces derniers laissaient l’orage passer. Tout du moins, Karil Calicharane posait son temps-mort afin permettre à ses hommes de s’oxygéner. Et cela fut salvateur, puisque la Cressonnière revenait rapidement dans la partie (4-6, 10e). Affaibli par la sortie de Ludovic Grondin, le canonnier maison, sur blessure, le collectif saint-andréen connaissait, malgré tout, les pires difficultés en attaque placée. Contrairement aux banlieusards nantais, qui faisaient feu de tout bois (8-12, 22e). Malgré la belle prestation de Loïc Sam-Caw-Fèvre (10 arrêts), les offensives réunionnaises butaient sur Sébastien Bouny (10 arrêts dont 2 jets de sept mètres 30’). Et restaient à bonne distance (11-16, 30e).

Si on pensait un moment, que la pause allait permettre aux joueurs de l’Est de l’Île de la Réunion de se remettre les idées en place, il n’en fut rien. Ce sont au contraire les hommes de Liviu Burileanu, qui accentuaient leur avance (13-22, 43e), grâce à un jeu d’attaque léché, où Jules Lignières étalait toute sa vista à la mène, et profitant des largesses défensives adverses. Malgré tout, les partenaires de Romain Calixte continuaient à jouer. Mais la tête n’y est plus. Pas plus que le cœur et les muscles. Une litanie de pertes de balle allait entériner les derniers espoirs ultramarins. Dans le camp des Rezéens, on ne prenait aucun risque. L’écart fait, ils maitrisaient les débats et le rythme de la partie. Rezé était tout bonnement trop fort.

Déclarations :
Liviu Burileanu (entraîneur ASB Rezé) :
On était plus frais qu’eux. Ils ont joué trois fois dans la semaine, quand nous avons eu l’occasion de faire du jus. Quand on est arrivés, c’était une équipe qui faisait peur. Toutefois, quand la défense fonctionne comme aujourd’hui, que peut-on dire de plus ? Ce titre est la cerise sur le gâteau. Je félicite les mecs pour être allés le chercher.

Andy Pijulet (capitaine ASB Rezé) : On était venu chercher ce titre. Depuis qu’on avait vu notre classement à la mi-saison, on visait la montée, et ensuite la place de meilleur premier pour venir ici. Et tout s’est idéalement passé. C’est carrément bon.

Fiche technique :
Case Cressonnière - ASB Rezé : 22-30 (11-16)

CRESSONNIÈRE
Gardiens de but :
Sam-Caw-Freve (15 arrêts), Lauret
Joueurs de champ : Ramsamy (0/1), Grondin (1/3), Ramin, Gonthier (0/8), Ribotte (4/4), Imache (2/2), Housseine (5/11), Hoarau (2/4), Boisedu (5/7), Miranville, Mouniama (2/4 dont 2/4 jets de sept mètres), Calixte (0/1).
Entraîneur : Karil Calicharane

REZÉ
Gardiens de but :
Jérémy Pontreau (2 arrêts), Sébastien Bouny (15 arrêts dt 1/4)
Joueurs de champ : Hicham Hammadi (3/7), Daniel Mathey (5/8), Jules Lignières (2/4), Alexis Landais (2/8), Wassef Rekik (1/1), Andy Pijulet (2/4), Baptiste Sorin (0/2), Eudes Piedallu-Pelaez (2/3), Simon Landais (5/6 dt 4/4), Hugo Önder (0/1), Jérémy Gaulin (4/8).
Entraîneur : Liviu Burileanu

Publicité

  • France Euro 2018
  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • EHF
  • Hand-clean