• Accueil > 
  • Actualités > 
  • #Entretien du Lundi - Olivier Krumbholz : « Un titre n°1 dans l’armoire à émotions. »

#Entretien du Lundi - Olivier Krumbholz : « Un titre n°1 dans l’armoire à émotions. »

Double champion du monde, désormais champion d’Europe, Olivier Krumbholz n’est jamais rassasié. Avec son staff, il a permis aux joueuses d’exprimer leur talent dans un contexte concurrentiel très fort. Il confie n’avoir jamais vécu autant d’émotions depuis le bord de la touche.

À tes yeux, quelle est valeur de ce titre européen ?
Le titre ? Le bonheur ne tient pas qu’à cela non plus. J’ai dit aux filles, dans le vestiaire, que dans la vie, il fallait savoir apprécier les petits bonheurs de la vie de tous les jours et qu’il fallait essayer d’attraper les grands bonheurs des grands moments.

Que leur as-tu dit de plus ?
On se félicite, on se congratule. On se regarde dans les yeux car parfois les paroles ne sont pas nécessaires.

Comment as-tu vécu cette finale ?
C’est sûrement le match le plus exceptionnel que j’ai vu en termes d’émotion, parce qu’il y avait un public fantastique et parce qu’il y a eu un sketch. Une décision arbitrale qui me paraît incroyable. A ce moment-là, les filles ont été à l’unisson avec le public qui les a portées. Sur ce match il faut retenir que nous avons retrouvé une défense française extraordinaire. Nous avons eu quelques difficultés en attaque qui sont liées à la valeur de l’adversaire. Dans les vingt dernières minutes, nous avons défendu de manière incroyable. Je savais que le public allait nous porter mais à ce point-là, non.

Ton management a été à nouveau remarquable et payant…
Il y a eu beaucoup d’entrées déterminantes, je pense à Amandine Leynaud qui sort peut-être le ballon du match, je pense à Astride N’Gouan qui a été très précieuse en attaque. Les joueuses avaient beaucoup travaillé et elles ont été très complémentaires. C’est une grande satisfaction et une émotion exceptionnelle.

En quoi le carton rouge infligé à Allison Pineau a-t-il changé le cours du match ?
À partir du moment où il y a eu cette décision injuste, avec la réaction du public et des filles, cela nous a donné une force incroyable. Défensivement on s’est alors multiplié et nous sommes montés en profondeur.

À ce moment-là, tu ne poses pas de temps-mort alors que cette exclusion était déstabilisante…
Non en effet. Je revois le visage de Camille Ayglon-Saurina au milieu du terrain, à l’unisson avec le public. Il ne fallait pas donner l’occasion aux filles d’être plus agressives. Elles ont bien géré ce moment comme elles ont tout bien géré sur cette compétition. Elles ont eu une totale maîtrise de leurs nerfs et de la sérénité. Le travail mental et la vidéo ont payé. Les autres équipes ont travaillé mais nous méritons ce titre car nous avons énormément travaillé.

Ce titre européen est synonyme de qualification pour les J.O. Quelles sont les incidences pour le groupe actuel ?
Je constate que le milieu est de plus en plus exigeant sur le plan physique avec des adversaires très forts. Les anciennes ont montré qu’elles ont encore leur place. Il faudra personnaliser les parcours afin de réussir à les retenir. Nous pourrions soulager certaines joueuses en les dispensant de certains stages ou on n’aura pas besoin d’elles, pour les sortir du chapeau au bon moment.

Les joueuses ont elles déjà évoqué les prochains défis ?
Pas encore, non. Une heure après leur titre mondial l’an passé, elles parlaient déjà de l’Euro en France. Elles ont tout mis dans la balance pour le gagner et bien le gagner. Elles se sont imposées sans mano a mano dans les fins de match. C’est pas mal pour le cœur du coach.

Avec cette victoire brillante, as-tu réglé le compte de 2007 où tu avais échoué en quarts de finale du Mondial ici, à Bercy ?
Notre équipe est plus équilibrée et possède beaucoup plus de maîtrise et de moyens que celle de 2007 avec des filles très jeunes et d’autres qui étaient en bout de course. C’est une satisfaction d’avoir vaincu le signe indien.

Quelle place va occuper ce titre dans ton armoire à trophées ?
C’est un titre comme les autres. En revanche, il sera numéro un dans l’armoire à émotions. Gagner à domicile, c’est du jamais vu. Il y a eu ce moment clef avec l’exclusion d’Allison suivie d’une si belle réaction des filles. C’était extrêmement fort et très positif.

Quel sera ton programme des prochains jours ? Des vacances ?

Je vais rester tranquillement à la maison pour me reposer et profiter de ma famille. Ma femme travaille cette semaine et je n’envisage pas de prendre des vacances sans elle.

  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • Hand-clean