• Accueil > 
  • Actualités > 
  • #Entretien du Lundi - Alexandra Lacrabère : « gagner tous les matches jusqu’à la fin »

#Entretien du Lundi - Alexandra Lacrabère : « gagner tous les matches jusqu’à la fin »

Depuis hier face à la Slovénie, elle a franchi la barre des 100 buts ! Avec exactement 102 buts en sept EHF EUROS (série en cours), Alexandra Lacrabère est la meilleure marqueuse de l’équipe de France. Et la Paloise a retrouvé le sourire après sa solide prestation face à la Slovénie. Elle évoque ce lundi l’affrontement avec le Monténégro décisif pour l’avenir des Bleues dans leur EHF EURO 2018.

En quoi la victoire sur la Slovénie relance t’elle l’équipe de France dans cet EHF EURO 2018 ?
Dès lors ou nous avons perdu face à la Russie, nous savions que nous devions gagner tous les matches, à commencer par la Slovénie. Notre objectif restera toujours le même : gagner tous les matches jusqu’à la fin. Ce match avec le Monténégro servira à concrétiser ce que nous avons montré face à la Slovénie, notre activité défensive, notre agressivité, la fluidité en attaque et le jeu sur grand espace. Il faudra retrouver tout cela demain face au Monténégro.

À quoi faut-il s’attendre avec cette équipe du Monténégro ?
C’est une équipe agressive et il faudra répondre intelligemment et collectivement, ne pas forcer les situations individuelles. Je suis plutôt confiante. Je pense qu’elles vont se perdre dans l’agressivité car elles n’arriveront pas à nous attraper.

L’équipe de France ne possède-t-elle pas un effectif plus fourni et capable de rivaliser avec le Monténégro ?
Physiquement, on devra les écraser. Elles ont beaucoup forcé avec un sept majeur qui a lutté contre la Russie. L’équipe monténégrine possède des joueuses qui sont plutôt lourdes et assez grandes tandis que nous avons beaucoup de vitesse et plus de légèreté. Il va falloir plus nous concentrer sur nos atouts que sur elles.

As-tu déjà un œil vers le tour principal où bien es-tu uniquement focalisée sur le Monténégro ?
Ah les questions des journalistes ! Je vais reprendre la réponse type d’un sportif alors : on va prendre match après match (rire). Plus sérieusement, il faut se servir de ce match pour sortir avec deux points afin d’arriver sur le prochain tour à Nantes avec une confiance énorme et alors on ne pourra plus nous arrêter. Au-delà de ce match, il faut gagner tous les matches si on veut être championnes d’Europe.

L’hypothèse d’une défaite rendrait l’accès aux demi-finales extrêmement compliqué…
Avec 0 point, nous aurions en effet peu de chances de passer. Surtout nous n’aurions plus notre destin en main. Nous n’avons pas compté sur les autres pour devenir championne du monde. Je suis plutôt confiante car nous avons retrouvé notre jeu, du plaisir et une équipe de France joyeuse de jouer ensemble. Aussi, nous avons tenu la stratégie défensive du début à la fin qui fait notre force.

Olivier Krumbholz soulignait hier ta bonne prestation après celle en demi-teinte face à la Russie. Quel est ton sentiment sur tes deux prestations ?
Cela fait du bien. Je me suis aussi libérée. J’étais frustrée après la Russie. Même à 31 ans, j’ai envie de dire qu’il fallait rentrer dans cette compétition. Tant mieux si nous avons joué face à la Russie car si nous avions perdu d’entrée face à la Slovénie, la pression aurait été énorme. Je suis rentrée dans ma compétition et je vais tout faire pour y rester.

Qu’as-tu fait pour rebondir entre les deux matches ?
Je me suis bien servi de l’entraînement de samedi pour retrouver des relations et des timings de course avec mes coéquipières car c’est surtout cela qui me manquait. Voilà, j’ai lâché le bras et j'ai surtout encaissé le début de l’épreuve. De son environnement, du public… voilà, j’attendais un déclic. On a pris la pression en pleine gueule, on a mal joué et au final on ne perd que de trois buts sur la Russie.

Avant de devenir championnes du monde l’an passé vous aviez battu le Monténégro de +2 en quarts de finale…
Le contexte est différent car Durdina Jaukovic est beaucoup plus en forme. Si les battre encore signifie que l’on deviendra championne d’Europe, alors je signe tout de suite. Leur jeu n’a pas tant changé que cela. Je suis sûre que c’est faisable. Nous avons les clefs pour les battre.

La solide prestation du Monténégro seulement battu d’un but par la Russie est-t-elle de nature à vous inquiéter ?
Non car les Russes ont mal joué. Les Monténégrines ont tout donné et elles ont pris un petit coup derrière la tête. Je pense que c’est bien pour nous (rire).

Que conserves-tu comme souvenir de ce fameux quart de finale des J.O. de Londres perdu d’un rien face au Monténégro ?
Londres, c’est zappé complet. Il y avait encore Raphaëlle Tervel qui n’est plus là depuis longtemps et il faudra lui demander si elle fait encore des cauchemars. Moi, je n’en fais pas. Je garde le souvenir de l’an passé où nous avions gagné en quarts de finale. Et on gagnera demain. Nous avons changé d’état d’esprit. Nous n’avons plus d’animosité par rapport aux autres équipes. Il n’y a pas de haine. Je m’entends bien avec les Monténégrines qui jouaient au Vardar et il y a du respect. Je ne leur veux aucun mal mais il n’y aura pas de cadeaux sur le terrain.

Publicité

  • France Euro 2018
  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • EHF
  • Hand-clean