#EHF EURO 2018 - Les supporters donnent de la claque

Les joueuses de l’équipe de France n’ont cessé de louer l’ambiance du Palais des Sports Jean Weille et le soutien permanent de leurs supporters à Nancy. De Brest à Nantes, en passant par Montbéliard, une vibration intense de l’EHF EURO 2018 est palpable dans toutes les salles.

Rok et Koolette retrouvent des amis dans toutes les salles de l’hexagone. Les mascottes Handballissime dansent sur tous les parquets avec une énergie communicative et contagieuse jusque dans les travées des salles de l’EHF EURO 2018. Assurément une passion dévorante pour le premier championnat d’Europe organisé par la FFHandball qui s’amplifiera avec le tour principal, à Nantes (Groupe I) et à Nancy (Groupe II) : au total 150000 billets ont été achetés. Plus de 3400 spectateurs en moyenne (soit exactement 81500 pour le tour préliminaire) se sont pressés dans les salles pour assister aux 24 matches des poules A, B C et D. Six matches, les trois de l’équipe de France ainsi que Norvège - Allemagne à Brest, Croatie - Espagne et Pays-Bas - Croatie à Montbéliard se sont tenus à guichets fermés. Un engouement qui ne faiblira pas avec le fameux Hall XXL de Nantes prêt à s’enflammer derrière les Bleues qui disputeront trois matches couperets… après les Bleus du Mondial 2017 qui avaient remporté leurs cinq matches du tour préliminaire. À Nancy, la 8e compagnie a poussé fort face à la Russie puis face au Monténégro, avec, entre les deux, un plaisir intense et permanent lors de la lourde défaite infligée aux Slovènes.

De Niksic à Nantes, en passant par Nancy

Les supporters n’ont pas seulement les yeux de Chimène pour l’équipe de France. En témoigne, les fans du Monténégro venus de Niksic, la deuxième ville du pays située au nord de Podgorica (60 000 habitants). Marko et ses potes forment un groupe de neuf acharnés massés derrière leur drapeau et son aigle bicéphale. « Nous sommes des amis d’enfance et nous avons choisi de supporter notre pays. Nous avons suivi l’intégralité du tour préliminaire à Nancy et nous envisageons maintenant de rejoindre Nantes pour la suite de la compétition. » Avec leur minibus qui a déjà traversé l’Europe, la joyeuse troupe est prête à avaler 800 kilomètres pour rallier Nantes. À Nancy, le public n’a pas l’intention de retomber en température. Après la poule B, c’est le groupe II avec notamment la Norvège, tenante du titre, qui animera la deuxième semaine de l’EHF EURO 2018. Pour les passionnés de la discipline, autant d’occasions de vivre une compétition majeure au plus près. Les Tifos déployés par la Caisse d’Épargne, partenaire de l’EHF EURO 2018 et de la FFHandball, ainsi que le « noir salle » pendant lesquels les flashes de téléphone s’agitent sur la musique officielle, ont fait monter la température. Les orchestres Demos seront au relai avec un public joyeux et bon enfant.

« Quel mec ce Trefilov »
Manon (13 ans) est venue en famille, depuis Lunéville. Une famille de Handballeuses avec le papa et son collier tricolore. « J’ai encouragé les Bleues sur la Slovénie et le Monténégro. Et de confier sa préférence : j’aime beaucoup Laura Glauser que l’on va parfois voir à Metz. » À l’entrée des équipes pour le choc entre la France et le Monténégro, Manon a vibré doublement : sa petite sœur, Carla, était Escort Kids pour la dernière journée de la poule B à Nancy. À voir aussi la mine réjouie d’Émeline, venue des Vosges et du club de l’Entente Vallée de Cleurie et du Tholy/Gerardmer, l’EHF EURO 2018 laissera des souvenirs éternels. « L’ambiance était vraiment superbe lors des matches de l’équipe de France, assure cette arrière droite qui joue au niveau départemental et qui n’a rien manqué des trois matches des Tricolores dans le Grand Est. Je reviendrai pour assister à des matches du tour principal avant les finales à Paris pour lesquelles j’ai acheté mes places il y a plusieurs mois. » Que les championnes du monde ne lui en tiennent pas rigueur, c’est la superbe ailière droite russe qui l’a séduite : « j’ai un petit coup de cœur pour Anna Vyakhireva. » La réussite de cet EHF EURO 2018 ne se mesure pas au seul engouement derrière l’équipe nationale, championne du monde en titre, mais de la capacité à mobiliser sur les affiches offertes par le championnat d’Europe. C’est aussi la Russie qui aura marqué Michel, dirigeant du club d’Épinal.« J’adore l’entraîneur russe, Trefilov. Il ne rit pas quand il se pince et ça ne doit pas être facile tous les jours. Mais quel mec ! » Ce solide arrière, aujourd’hui retraité des parquets ne cache pas son « coup de cœur pour l’équipe de France qui était placée dans un groupe très difficile mais qui garantissait des matches de très haut niveau. En dehors du match d’ouverture j’ai profité des packs et je ne regrette pas du tout. Je serai présent à Paris le dimanche 16 décembre avec l’espoir de voir la France présente. » Que Saint-Nicolas, le saint patron des Lorrains, exauce le vœu formé par ce passionné.

Publicité

  • France Euro 2018
  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • EHF
  • Hand-clean