Ce jeudi soir à Guimaraes, l’équipe de France, après une première mi-temps compliquée, n’a pas réussi à contredire les plans du Portugal, notamment en supériorité numérique, qui s’est imposé par 33 à 27 (17-13). Après cette lourde défaite, l’équipe de France doit une revanche à ses supporters dimanche. Si les Bleus s’imposent, à Strasbourg, face au même adversaire, ils se rapprocheront de l’EHF EURO 2020 mais ils devront encore batailler lors des 5e et 6e tours, en juin prochain. Un match à suivre en direct à 17h30 sur beIN SPORTS 3 et en clair sur LA CHAÎNE L’ÉQUIPE.

AVANT MATCH : C'est finalement Wesley Pardin qui fera la paire avec Vincent Gérard. Le gardien du PAUC atteindra ce soir le cap des 10 sélections, à l'occasion de ce 3e match des qualifications à l'EHF EURO 2020. Nikola Karabatic, qui soufflera tout à l'heure ses 35 bougies, est laissé au repos ce soir. Le Parisien pourrait retrouver le parquet du Rhénus dimanche, à Strasbourg, pour la 2e manche face au Portugal. La réception des sextuples champions du monde est un véritable événement au Portugal : la façade du pavillon Multisios de Guimaraes, annonce bien, en lettres XXL, l'affiche du match. Nul doute que les 3000 spectateurs sauront célébrer ce match entre les co-leaders du groupe 6.
La rencontre sera arbitrée par le duo croate Gubica et Milosevic : les deux hommes avaient sifflé la demi-finale du Mondial à Hambourg entre le Danemark et la France.

COMPTE-RENDU : Vincent Gérard, Mathieu Grebille, Romain Lagarde, Melvyn Richardson, Ludovic Fabregas, Nedim Remili et Luc Abalo débutent ce 3e match de qualification dans une salle bondée.

Apathique
Le Portugal attaque par le bon bout cette partie : avec un 3-0, le public s’enflamme. Les Bleus laissent passer l’orage et reviennent à la hauteur de leurs adversaires, après 9 minutes. Vincent Gérard réalise un 3e arrêt qu’il convertit en but : son 10e en équipe de France. Après 15 minutes, l’équipe de France est reléguée à deux longueurs de la formation de Paulo Pereira. Ludovic Fabregas est toujours aussi précieux : ses 4 buts permettent à l’équipe de France de rester au contact, malgré des largesses en défense. Surtout, les Portugais attaquent en supériorité numérique. Un choix payant car les Bleus encaissent des buts et de facto récupèrent trop peu de ballons pour marquer en contre-attaque. Vincent Gérard est le plus souvent fusillé et malgré des arrêts importants, le score grandit en faveur du pays hôte. La fin de la première période, au moment où le Portugal mène 17-12, est plus favorable aux Bleus. Les sanctions tombent : Luis Frade et Alexis Hernandez sont exclus. Dika Mem réduit la marque mais l’addition est lourde à mi-parcours : +4 pour les Portugais (17-13).

Dépourvue de solutions
Le coup d’envoi de la seconde période est donné par les Tricolores tandis que les Portugais évoluent à quatre pendant une minute. Mais les Bleus n’optimisent pas et marquent au bout de leur possession, par Valentin Porte, qui, avec Michaël Guigou, débute la 2e mi-temps. L’équipe de France a des difficultés à passer à la vitesse supérieure : le Portugal mène désormais 20 à 15. Lorsque la défense tient le choc, c’est en attaque que le manque de maîtrise est le plus flagrant. Duarte frappe encore de près de 11 m, et il est en réussite. L’écart passe à +6. Il va falloir sortir le bleu de chauffe pour réduire la marque. Kentin Mahé obtient un jet de 7m. Michaël Guigou marque puis, dans la foulée, conclut une contre-attaque. Deux buts qui ramènent les Bleus à -4 (21-17). Michaël Guigou défend en position avancée. Ce changement de défense perturbe les Portugais : Wesley Pardin stoppe un premier ballon. Nouveau jet de 7m mais cette fois-ci Michaël Guigou voit Hugo Costa s’interposer. Gilberto Duarte, future recrue du Montpellier HB, réalise un grand match : il martyrise les médaillés de bronze du dernier Mondial. Après 42 minutes, l’affaire se corse : 23-17 pour les Portugais puis Timothey N’Guessan, en difficulté ce soir, sort pour deux minutes. Antonio Rodrigues marque sur jet de 7m : +7 en faveur des Portugais. Dika Mem trouve la solution mais le tempo ne faiblit pas avec un adversaire « en chauffe ». 25-18 après 45 minutes et une vraie urgence maintenant à réagir.

Rien ne va : Kentin Mahé manque aussi son jet de 7m après un nouvel exploit de Hugo Costa, excellent au relais de Humberto Gomes. Dika Mem et Valentin Porte ramènent leur équipe à -6 (26-20). Le capitaine Cédric Sorhaindo tente de colmater les brèches mais que la soirée est compliquée. Aussi inattendue face à une nation qui a battu une seule fois l’équipe de France, en 1949 (handball à 11). Le score est lourd (29-21) et combler un tel écart, à 8 minutes du terme, ressemble à un mirage. Le Portugal va s’imposer et prendre la tête du groupe de qualification et se rapprocher, à grands pas de l'EHF EURO 2020. Les Bleus s'inclinent 33 à 27, un sacré revers.

DÉCLARATIONS :
Didier Dinart :
Les semaines internationales sont courtes. On pouvait penser être prêts au niveau tactique et au niveau de l’engagement mais finalement nous avons pêché dans ces deux secteurs. Il aurait fallu être plus concis et travailler plus précisément cette semaine. Aujourd’hui l’équipe du Portugal a su prendre notre mesure et mettre en lumière nos lacunes.
Ce scénario n’était pas prévu : nous avions imaginé gagner ces deux rencontres. Ce soir à Guimaraes, nous avons joué face à un adversaire invaincu dans ces qualifications et qui cherche aussi à se qualifier. Nous avons l’obligation de gagner dimanche dans la course aux qualifications, aussi pour empêcher le Portugal de se qualifier directement, car alors nous serions en difficulté.
Nous avons des imperfections dont il faudra tirer des enseignements, au niveau du coaching et dans la façon de préparer les matches. Je préfère penser que c’est dans mon sens, dans la façon de gérer le collectif et l’approche tactique. Les joueurs sont certes les premiers acteurs mais l’identité et le ton d’une équipe dépendent souvent de son entraîneur.

Michaël Guigou : Leur jeu a sept contre six leur a fait prendre confiance. Ils ont été de plus en plus solides en défense et leur gardien de plus en plus efficace. Ils ont pris confiance et ils ont gardé un engagement très fort du début à la fin. Nous avons essayé de rattraper les choses mais malheureusement nous n’avons pas su être efficaces en attaque et en défense. Au début de la seconde période, on rate des shoots et des occasions d’autant que nous sommes à six contre quatre, dès le début. À nous de nous remobiliser en vue de dimanche, bien travailler et venir comme des guerriers pour aller chercher, pas la qualification, mais une victoire et de la plus belle des manières.

Valentin Porte : Ce n’est jamais simple ni conseillé de parler à chaud. Le bilan est le même depuis un moment. Tant qu’on n’a pas compris que lorsqu’on se déplace chez des adversaires censés moins forts, je pense à la Roumanie, à la Lituanie et à la Belgique, nous avons toujours lutté et parfois même nous nous sommes fait peur. Mais ce soir face au Portugal, qui a de grosses qualités, on a été surpassés. 6 buts d’écart, c’est juste une leçon. Je n’ai pas d’explications. J’ai l’impression qu’on recule d’un pas à chaque fois et ça fait mal. J’aimerais qu’on arrête de parler et qu’on grandisse rapidement. Non dimanche il ne faudra pas répondre. Il n’est pas question de sursaut d’orgueil. Il faudra agir et ne pas se faire surprendre.

STATISTIQUES :
PORTUGAL - FRANCE : 33-27 (17-13)
Arbitres : Matija Gubica et Boris Milosevic (Cro)
À Guimaraes, Multisios - 3000 spectateurs

PORTUGAL : Entraîneur - Paulo Pereira
Gardiens :
  Gomes (14 arrêts) - Figueira (3 arrêts) - Joueurs de champ : Moreira (2) - Portela (4) - Duarte (5) - Branquinho (3) - Figueira - Sousa (3) - Rocha (2) - Martins (2) - Rodrigues (6)  - Gomes – Fernandes - Maglahaes - Frade (1) - Salina 52) - Borges (2) - Exclusions temporaires : Branquinho - Martins - Fernandes - Frade - Hernandez

FRANCE :
Entraîneur - Didier Dinart
Gardiens :
Gerard (9 arrêts) - Pardin (3 arrêts) - Joueurs de champ :  Remili (7) - Lagarde (3)- Richardson (3) - Mem (2) - Gerard (2) - Mahé - Grebille (1) - N'Guessan - Abalo (1) - Sorhaindo - Guigou (3) - L.Karabatic - Fabregas (3) - Pardin - Dipanda - Porte (2) - Exclusions temporaires :
Mahé - N’Guessan - Fabregas

Gardiens : Robin CANTEGREL (Pontault-Combault HB) - Vincent GÉRARD (Montpellier HB) - Wesley PARDIN (Pays d'Aix Université Club) / Ailiers gauches : Mathieu GREBILLE (Montpellier HB) - Michaël GUIGOU (Montpellier HB) / Demi-centre : Kentin MAHÉ (Telekom Veszprem) - Melvyn RICHARDSON (Montpellier HB) / Arrières gauches : Nikola KARABATIC (Paris SG HB) - Romain LAGARDE (HBC Nantes) - Timothey N'GUESSAN (FC Barcelone) / Pivots : Ludovic FABREGAS (FC Barcelone) - Luka KARABATIC (Paris SG HB) - Cédric SORHAINDO (FC Barcelone) (c) / Arrières droits : Adrien DIPANDA (St-Raphaël Var HB) - Dika MEM (FC Barcelone) - Nedim REMILI (Paris SG HB) / Ailiers droits : Luc ABALO (Paris SG HB) - Valentin PORTE (Montpellier HB).

LE STAFF : Entraîneur : Didier DINART / Entraîneur-adjoint et préparateur physique : Guillaume GILLE / Responsable vidéo : Vincent GRIVEAU / Médecin : Pierre SÉBASTIEN / Kinésithérapeutes : Sébastien GAUTIER, Jean-Christophe MABIRE et Jacques MIQUEL / Directeur Technique National : Philippe BANA / Responsable administrative et logistique : Emmanuelle MOUSSET / Relation médias : Hubert GUÉRIAU / Chef de délégation et vice-président délégué de la FFHandball : Jacques BETTENFELD.


RÉSULTATS - PROGRAMME - CLASSEMENT
1er tour - jeudi 25 octobre 2018 à Aix-en-Provence : France
- Lituanie : 42-27 (21-10)
2e tour - dimanche 28 octobre 2018 à Cluj-Napoca : Roumanie - France : 21-31 (9-12)

3e tour - jeudi 11 avril à Guimarães : Portugal - France : 33-27 (17-13)
4e tour - dimanche 14 avril à 17h30, à Strasbourg : France - Portugal (beIN SPORTS 3 et LA CHAÎNE L'ÉQUIPE en clair)

5e tour - jeudi 13 juin à 18h00 (HF), à Klaipeda : Lituanie - France
6e tour - dimanche 16 juin à 18h00, à Nantes : France - Roumanie

Classement : 1/ Portugal 6 pts (+15) 2/ France 4 pts (+19) 3/ Roumanie 2 pts (-13) 4/ Lituanie 0 pt (-21)

HGu

Publicité