Les championnes d’Europe effectuent leur retour à la compétition à Clermont-Ferrand puis à Boulazac avec trois matches de niveau mondial. Un rendez-vous qui s'inscrit déjà dans le début de la préparation aux deux prochains rendez-vous au pays du soleil levant. Grace Zaadi a été contrainte de déclarer forfait (entorse de la cheville) : elle est remplacée par sa jeune coéquipière à Metz, Méline Nocandy (21 ans).

Les Bleues ne sont pas encore championnes de TOUT mais c’est leur ambition. Tenantes des titres mondiaux et européens, elles n’auront pas d’autre ambition que de viser le titre olympique dans 16 mois au Japon. Outre les Nippones, les Françaises et les Angolaises sont les premières qualifiées pour Tokyo 2020 et le tournoi olympique, dans 16 mois, qui délivrera le seul titre qui manque désormais à leur palmarès. De quoi programmer avec précision le grand objectif de l’Olympiade et peut-être se présenter dégarnie pour le Mondial 2019 organisé aussi au Japon. Et de profiter de chaque sortie internationale pour optimiser toutes les affinités entre joueuses. « Nous avons déjà imaginé une première liste de joueuses qui nous semblent avoir besoin de se reposer. Mais dans mon métier, il faut toujours se laisser l’opportunité de faire marche arrière. Alors pas question de livrer des noms même si les habituels suiveurs des Bleues devineront que les plus expérimentées pourraient souffler. Ce sera, de gré à gré, car certaines se sentent un peu rincées mais les connaissant, je ne serais pas étonné qu’elles décident de disputer le Mondial et les J.O. La balle est dans leur camp. » En attendant, quasiment toutes les championnes d'Europe seront de la partie à Clermont-Ferrand et à Boulazac. Avec un groupe élargi qui recense aussi Blandine Dancette, Cléopâtre Darleux, Jannela Blonbou, Catherine Gabriel et la petite dernière, Méline Nocandy, chacune devrait disposer d'un temps de jeu pour s'exprimer.

« Nous, les anciennes, sommes là depuis longtemps et nos corps sont meurtris avec les enchainements. Cela dit, nous avons toujours besoin de travailler afin de faire des ajustements, concède Alison Pineau. Cela nous a permis d’aller loin sur les dernières compétitions… Tous les stages n’ont pas forcément besoin d‘être effectués avec l’ensemble du groupe mais dans le même temps, il faut bien considérer que des rendez-vous réguliers sont nécessaires car les jeunes arrivent et elles poussent derrière. » La demi-centre du BHB résume parfaitement l’équation à laquelle Olivier Krumbholz et son staff sont confrontés : continuer à travailler tout en préservant ses joueuses les plus capées. La feuille de présence au traditionnel stage de l’intersaison, du 25 juin au 7 juillet à Capbreton, donnera peut-être une première tendance. Mais rien de définitif car comme le répète Olivier Krumbholz, « Ce n’est pas l’équipe qui a besoin de travailler mais certaines joueuses de l’équipe. » Adepte des dictons qu’il fabrique à l’envi, le Lorrain prévient : « Tu ne t’égares jamais aussi loin que lorsque tu crois connaître la route. » Et d’ajouter : « il ne faudra pas manquer d’humilité. Je suis persuadé d’une grande compréhension entre les joueuses et que l’intelligence du groupe doit s’exprimer, avec empathie, sur qui est qui et qui a besoin de quoi. L’année 2020 est intégrée dès aujourd’hui dans notre préparation afin d’arriver au summum de nos capacités au tournoi olympique. » Mobilisateur avec des louanges dressées à son staff « une part de la réussite lui revient », l’entraîneur estime aussi « qu’un staff compétent pousse les filles à travailler. L’exigence est aujourd’hui partagée. » Et de conclure pour résumer l’état d’esprit qui anime l’équipe et le staff : « ne pas assez travailler, c’est trahir. » Le travail a repris dimanche à Créteil avec en point d'orgue les trois matches de haut niveau qui se présentent au menu des Bleues. Trois matches uniques pour célébrer les championnes d'Europe.

Golden League 2018-2019
3e étape en France - 21 au 24 mars
Jeudi 21 mars à 18h, à Clermont-Ferrand :
Norvège - Danemark et à 20h30 : France - Roumanie
Samedi 23 mars à 16h30, à Boulazac : Norvège - Roumanie et à 19h30 : France - Danemark
Dimanche 24 mars à 15h, à Boulazac : Danemark - Roumanie et à 18h15 : France - Norvège

Résultats :
1e étape au Danemark :  
27 septembre 2018 à Viborg :
Norvège - Pologne : 34-27 et Danemark - France : 24-21
29 septembre 2018 à Aarhus : Norvège - France : 22-22 et Pologne - Danemark : 23-21
30 septembre 2018 à Horsens : Pologne - France : 22-16 et Norvège - Danemark : 25-20

2e étape en Norvège :
22 novembre 2018 à Oslo : Norvège - Hongrie : 25-19 et France - Danemark : 22-20
24 novembre 2018 à Oslo : France - Hongrie : 19-18 et Norvège - Danemark : 28-22
25 novembre 2018 à Oslo : Danemark - Hongrie : 23-16 et Norvège - France : 23-21

Classement après 2 étapes : 1/ Norvège : 7 pts 2/ Danemark : 2 pts 3/ France : 3 pts

Le groupe de 20 joueuses : Gardiennes : Cléopatre DARLEUX (Brest Bretagne HB) - Catherine Gabriel (Nantes LAHB) - Laura GLAUSER (Metz HB) - Amandine LEYNAUD (Györ, Hongrie) / Ailières gauches : Siraba DEMBÉLÉ-PAVLOVIC (Toulon Saint-Cyr Var HB) - Manon HOUETTE (Metz HB) / Arrières gauches : Orlane KANOR (Metz HB) - Gnonsiane NIOMBLA (Metz HB) - Estelle NZE-MINKO (Siofok, Hongrie) / Arrière gauche / Demi-centre : Allison PINEAU (Brest Bretagne HB) / Pivots : Béatrice EDWIGE (Metz HB) - Pauletta FOPPA (Brest Bretagne HB) - Astride N'GOUAN (Metz HB) / Demi-centre :  Méline NOCANDY (Metz HB) / Arrières droites : Camille AYGLON-SAURINA (LAHB) - Jannela BLONBOU (OGC Nice) - Alexandra LACRABÈRE (Fleury Loiret) / Ailières droites : Pauline COATANEA (Brest Bretagne HB) - Blandine DANCETTE (LAHB) - Laura FLIPPES (Metz HB).

LE STAFF : Entraîneur : Olivier KRUMBHOLZ / Adjoints : Sébastien GARDILLOU et Christophe CAILLABET / Analyste Vidéo : David BURGUIN / Préparation physique : Pierre TERZI / Médecin : Cindy CONORT / Kinésithérapeutes : Célestin DAILLY, Pierre GILLET et Guillaume ROUSSELIN / Assistant : Philippe RAJAU / Relation Media : Diane PROUHET / Directeur Technique National : Philippe BANA

Publicité