Plus appliquée et précise, l'équipe de France a pris ce soir le meilleur sur la Serbie par 32 à 21 (15-12) et se positionne déjà pour la qualification vers le tour principal. Après cette première séquence de deux matches en deux jours, les Bleus bénéficient d'une journée de récupération avant de défier consécutivement la Corée (lundi à 20h30) et le pays hôte, l'Allemagne (mardi à 20h30). Des matches à suivre en direct sur beIN SPORTS 1.

SUIVRE LA COMPÉTITION EN DIRECT

AVANT-MATCH :
Arrivés jeudi soir à Berlin, les Bleus s'apprêtent déjà ce samedi soir à disputer un second match. Tenus en échec par les Russes, les Serbes seront en quête d'une première victoire tandis que les Tricolores devront livrer une bien meilleure prestation que celle vue face au Brésil (24-22). Nikola Karabatic a rejoint ce midi ses partenaires. Comme Melvyn Richardson, il n'apparaît pas sur la feuille de match. Son éventuelle entrée dans l'équipe naîtra de la volonté de Didier Dinart et de Guillaume Gille et nécessitera d'effectuer un changement (seulement trois changements sont permis sur l'intégralité de la compétition). Ce soir, dans la splendide Mercedes Benz Arena, plus de 10000 spectateurs assisteront à ce 6e match du groupe A.

COMPTE-RENDU : Vincent Gérard, Michaël Guigou, Timothey N'Guessan, Nicolas Claire (avec Luka Karabatic), Ludovic Fabregas, Dika Mem et Luc Abalo débutent ce 2e match à Berlin.

Plus appliquée
L’équipe de France évolue dans une configuration différente de la veille : Nicolas Claire est préposé à la mène. La Serbie, avec les doublés d’Ivan Music et de Mijaljo Marsenic, mène 4 à 2, après 9 minutes. Tour à tour, Luka Karabatic puis Mijaljo Marsenic sont exclus. Michaël Guigou marque une 2e fois sur jet de 7m pour ramener son équipe à -1, après 10 minutes (3-4). Les Bleus jouent avec deux pivots : Ludovic Fabregas et Cédric Sorhaindo, en plus des arrières Dika Mem et Timothey N’Guessan. Le match est cadenassé : après 15 minutes, les deux formations sont à égalité, 5-5. Déjà vendredi, face au Brésil, les supporters de l’équipe de France avaient poussé leurs favoris. Des « allez les Bleus » descendent des travées de la majestueuse arène berlinoise. Après sa grande performance face au Brésil (16 arrêts), Vincent Gérard est tout aussi précieux avec 6 arrêts et une interception, après 22 minutes (8-8). Dika Mem, trois buts (à 100 %) et Timothey N’Guessan sont invités à souffler : Romain Lagarde marque et il est aussitôt imité par Nedim Remili (2 buts). Les champions du monde en titre passent la seconde et mènent 11-9 après 25 minutes. Ludovic Fabregas chipe le ballon et amorce la montée de balle conclue par Luc Abalo. Avec un 5-0 (les Serbes n’ont plus marqué depuis 7 minutes), la France prend le large (13-9) à deux minutes du terme. Le premier acte s’achève par un avantage de +3 (15-12).

Accélération décisive
Mathieu Grebille, Valentin Porte et Adrien Dipanda débutent cette 2e période. les Bleus accélèrent et comptent cinq buts d'avance, après les buts de Kentin Mahé (7m) et de Valentin Porte, par deux fois. Romain Lagarde multiplie les gestes défensifs et les Bleus en profitent pour marquer sur grand espace. Les Serbes perdent pied et multiplient les pertes de balles (15). Romain Lagarde inscrit le 20e but tricolore (20-13, 39e). Mathieu Grebille conclu un long enclenchement et porte l'écart à +9. La nuit passée, après la courte victoire face au Brésil, les joueurs ont pris l'initiative de se rassembler dans leur hôtel berlinois, sans le staff. Le debriefing semble porter ses fruits. Kentin Mahé est notamment plus tranchant et Nedim Remili réalise une partie plus aboutie (5 buts). Les Bleus ont mis la main sur le match et s'imposent, dans les grandes largeurs, par 32 à 21. Ils défieront la Corée unifiée lundi avant le BIG MATCH mardi, face au pays hôte.

Retrouvez ici le "trois questions à Nikola Karabatic"

DÉCLARATIONS :
Didier Dinart :
« Nous avons su passer le cap du premier match de compétition. Il y a toujours des scores assez bizarres, comme encore l’Autriche aujourd’hui. On aurait pu faire partie de ces surprises hier, mais malgré ce match assez poussif, on a su faire ce qu’il fallait pour l’emporter. Aujourd’hui, les garçons avaient à cœur de se sentir mieux. »
 
Luka Karabatic : « Nikola est un joueur emblématique de l’équipe de France. Il a tout vécu et c’est un plaisir de l’avoir avec nous, c’est presque naturel. C’est comme s’il manquait quelque chose quand il n’était pas là. Sa présence ne peut nous faire que du bien. On s’était habitué à jouer sans lui. Le voir dans le terrain est un plus, mais rien que d’entendre la Marseillaise avant le match nous galvanise. Il va nous apporter sa connaissance et son savoir. »

Vincent Gérard : « Le match a été maitrisé. On a su monter en puissance en première période pour avoir un petit trou à la pause. Le début de deuxième a été très convaincant, et aujourd’hui, on a continué. Ce soir, ça s’est mieux passé. Hier, on les remet dedans avec nos pertes de balle. C’était un peu comme la rentrée des classes. On s’est dit qu’il fallait être plus serein, qu’on avait les joueurs pour jouer un match d’une heure. »
 
Valentin Porte : « Là où on a pioché hier, on a démarré la seconde période avec de meilleures intentions. Après, on est plus libéré, et c’est plus simple. Mais tout n’est pas parfait, il faut continuer à bosser pour atteindre notre vrai niveau mardi contre l’Allemagne. »

STATISTIQUES :
FRANCE - SERBIE : 32-21 (15-12)
Arbitres : Martin Gjeding, Mads Hansen (Dan) - 12853 spectateurs

FRANCE - Entraîneur : Didier Dinart
Gardiens :
Dumoulin, Gérard (12 arrêts / 33 tirs dont 1/4 pén) - Joueurs de champ : Rémili (5/7), Lagarde (2/3), Mem (3/4), Mahé (4/6 dont 1/1 pén), Grébille (3/4), N’Guessan (2/3), Abalo (2/3), Sorhaindo (0/1), Guigou (3/4 dont 3/4 pén), L. Karabatic (1/1), Fabregas (5/6), Claire , Dipanda (0/1), Porte (2/2) - Exclusions temporaires : L. Karabatic (7’), Fabregas (13’)

SERBIE - Entraîneur : Nenad Perunicic
Gardiens :
Verkic (5 arrêts / 24 tirs dont 0/3 pén), Cupara (1 arrêt / 14 arrêts dont 1/2 pén) - Joueurs de champ : Pusica (2/3), Vorkapic, Orbovic (3/5), Vujin (1/3), Radivojevic (6/6 dont 1/1 pén), D. Nenadic (0/3), N. Ilic, Mosic (4/5), V. Ilic (3/4 dont 2/2 pén), Nikolic (0/1), Kukic (0/3), Marsenic (2/2), Obradovic (0/3) - Exclusions temporaires : Marsenic (8’), Orbovic (27’), Pusica (46’, 49’).

LES 16 JOUEURS : Gardiens :
Cyril DUMOULIN (HBC Nantes) - Vincent GÉRARD (Montpellier HB) / Ailiers gauches : Mathieu GREBILLE (Montpellier HB) - Michaël GUIGOU (Montpellier HB) / Ailier-gauche - demi-centre : Kentin MAHÉ (Telekom Veszprem) / Arrières gauches : Romain LAGARDE (HBC Nantes) - Timothey N'GUESSAN (FC Barcelone) / Demi-centre : Nicolas CLAIRE (HBC Nantes) / Demi-centre - arrière droit : Dika MEM (FC Barcelone) / Pivots : Ludovic FABREGAS (FC Barcelone) - Luka KARABATIC (Paris SG HB) - Cédric SORHAINDO (cap) (FC Barcelone) / Arrières droits : Adrien DIPANDA (St-Raphaël Var HB) - Nedim REMILI (Paris SG HB) / Ailiers droits - arrières droits : Valentin PORTE (Montpellier HB) / Ailier droit : Luc ABALO (Paris SG HB) - JOUEURS SUPPLÉMENTAIRES : Nikola KARABATIC (Paris SG HB) - Melvyn RICHARDSON (Montpellier HB)

LE STAFF : Entraîneur :
Didier DINART / Entraîneur-adjoint et préparateur physique : Guillaume GILLE / Responsable vidéo : Vincent GRIVEAU / Médecin : Pierre SÉBASTIEN / Kinésithérapeutes : Sébastien GAUTIER, Jean-Christophe MABIRE et Jacques MIQUEL / Directeur Technique National : Philippe BANA / Responsable administrative et logistique : Emmanuelle MOUSSET / Relation médias : Hubert GUÉRIAU / Chef de délégation et vice-président délégué de la FFHandball : Jacques BETTENFELD

LA COMPÉTITION
Les quatre groupes :

Groupe A - Mercedes-Benz Aréna à Berlin (All) : France - Russie - Allemagne - Serbie - Brésil - Corée
Groupe B - Halle Olympique à Munich (All) : Espagne - Croatie - Macédoine - Islande - Bahreïn - Japon
Groupe C - Jyske Bank Boxen à Herning (Dan) : Danemark - Norvège - Autriche - Tunisie - Chili - Arabie-Saoudite
Groupe 4 - Royal Arena à Copenhague (Dan) : Suède - Hongrie - Qatar - Argentine - Égypte - Angola

PROGRAMME ET RÉSULTATS
Matches du Tour Préliminaire à Berlin (Mercedes Benz Aréna) :

Vendredi 11 janvier : Brésil - France : 22-24 (13-16)
Samedi 12 janvier : France - Serbie : 32-21 (15-12)
Lundi 14 janvier à 20h30 : France - Corée (en direct sur beIN SPORTS 1)
Mardi 15 janvier à 20h30 : Allemagne - France (en direct sur beIN SPORTS 1)
Jeudi 17 janvier à 20h30 : France - Russie (en direct sur beIN SPORTS 1)

LA FORMULE :
26ème Championnat du monde masculin IHF avec 24 équipes.
- Le tour préliminaire est disputé par les 24 équipes (4 groupes de 6 équipes) dans les villes allemandes de Berlin et de Munich, et les villes danoises d’Herning et de Copenhague, du 10 au 17 janvier.
- Les trois meilleures équipes de chaque groupe se qualifient pour le tour principal avec les points acquis face aux équipes qualifiées (2 groupes)  à Cologne et à Herning du 19 au 23 janvier.
- Les équipes classées 1e, 2e et 3e du groupe A croisent avec celles du groupe B, idem pour C et D.
- Les équipes classées 4e, 5e et 6e jouent la Coupe du Président à Cologne et à Copenhague, les 19 et 20 janvier.
- Les 2 meilleures équipes de chacun des deux groupes du tour principal se qualifient pour les demi-finales qui se tiennent à Hambourg le 25 janvier.
- La finale et le match pour le bronze se jouent à Herning le 27 janvier.

Publicité