#EDF-M - MONDIAL 2019 - Les Bleus bien placés

L’équipe de France a passé sans encombre ce 2e match du tour principal en signant une victoire convaincante face à l’Islande, par 31 à 22 (15-11). Avec désormais 7 points au compteur, les Bleus effectuent un pas de plus vers les demi-finales. Pour l’ultime match avant le dernier carré, c’est un véritable quart de finale qui opposera les doubles champions du monde en titre à la Croatie mercredi. Un rendez-vous à vivre en direct et en exclusivité sur beiN SPORTS 1 à 18h. Mais attention, Si l’Allemagne parvenait à battre les Croates lundi soir (20h30), les Bleus seraient qualifiés pour les demi-finales.

SUIVRE LA COMPÉTITION EN DIRECT

AVANT MATCH : Les matches s’enchaînent à un rythme endiablé. Voici déjà le 7e match en 10 jours de compétition. Les Bleus avaient en effet débuté le vendredi 11 janvier à Berlin, face au Brésil, et les revoici 10 jours plus tard face à une équipe islandaise soumise au même rythme. Les Croates en ont fait les frais face à des Brésiliens survoltés et finalement victorieux 29 à 26 dans une Lanxess Arena en feu. Du coup, la donne est bouleversée dans ce groupe où l’équipe de France pourrait prendre ses aises, en cas de succès ce soir. L’effectif des 16 joueurs tricolores n’a pas été modifié depuis la double entrée de Nikola Karabatic et de Melvyn Richardson.

COMPTE-RENDU : Vincent Gérard, Mathieu Grebille, Nikola Karabatic, Kentin Mahé (avec Luka Karabatic), Ludovic Fabregas, Dika Mem et Valentin Porte débutent à Cologne le deuxième match du tour principal. Kentin Mahé, particulièrement salué par le public allemand, ouvre la marque, bientôt imité par Mathieu Grebille (2-0, 4e).

En mode gestion
Après 9 minutes, les Islandais n’ont toujours pas marqué et Vincent Gérard marque  (4-0, 10e) à deux reprises, depuis sa zone, pendant les deux minutes d’exclusion d’Arnar Arnarsson. Le gardien montpelliérain a aussi stoppé 2 ballons pour épargner ses filets. Le chrono défile - déjà 11 minutes - et les Islandais butent toujours sur la défense tricolore particulièrement efficace. L’équipe de France mène 6 à 0. Après 12 minutes et 22 secondes, Elvar Jonsson trouve l’espace pour marquer, bientôt imité par Sigvaldi Gudjonsson. Valentin Porte est à son aise avec un 3 sur 3 alors que Nikola Karabatic sort après 18 minutes. Après 23 minutes, les champions du monde en titre mènent 12 à 8 face à cette jeune équipe islandaise privée d’Aron Palmarsson et d’Arnor Gunnarsson, soit ses deux meilleurs éléments. L’équipe de France n’est franchement pas mise en grand danger dans cette partie. Timothey N’Guessan et Nedim Remili ont effectué leur entrée. La France se dirige vers les vestiaires avec un avantage de 4 buts (15-11).

Un break avant le break
Luc Abalo et Michaël Guigou débutent la 2e période. Les Islandais effectuent un rapproché dès l’entame avec les buts de Sigvaldi Gudjonsson et d’Arnar Arnarsson (15-13, 33e). Les jeux de mots sympathiques fusent en tribune de presse autour du patronyme de Melvyn Richardson ce soir face aux Islandais : le gaucher marque coup sur coup, deux buts. Les Bleus ont remis la main sur le match avec un écart plus conforme aux forces en présence (20-14, 40e) puis bientôt 22 à 14 alors que Vincent Gérard affiche 40 % de réussite (10 arrêts sur 25 tentatives). Après 45 minutes, les hommes de Didier Dinart possèdent un avantage conséquent (23-16). Vincent Gérard (14 arrêts à 45 %) est contraint de sortir après un ballon qui le blesse au visage. Romain Lagarde n’était pas entré face à l’Espagne : après moins de deux minutes, il signe son entré avec le 27e but tricolore (27-19, 55e). Sans forcer son talent, la France s’impose aisément par 31 à 22.

L’équipe de France bénéficier désormais d’un break de deux jours avant d’affronter la Croatie mercredi à 18h. Si l’Allemagne parvenait à battre les Croates mardi soir (20h30), les Bleus seraient qualifiés pour les demi-finales.

DÉCLARATIONS :
Didier Dinart :
Il faut être bon en mathématiques pour faire les championnats du monde donc il valait mieux creuser l’écart en cas de match nul entre la Croatie et l’Allemagne. On ne sait pas quelle tournure peuvent prendre les choses. On a été très appliqués ce soir et on n’a pas livré une performance mitigée comme on a pu le faire contre des adversaires plus faibles. Les seize joueurs ont pu participer. C’est important que le capital confiance soit au maximum tout au long de la compétition.

Vincent Gérard : Il ne fallait pas s’affoler en début de match quand on a raté deux contre-attaques. On est plutôt performant quand on ne s’affole pas et qu’on ne se prend pas la tête. Quand je ne prends pas de but, il faut rester très concentrés, surtout ne pas sauter dans tous les sens. L’important c’est d’aller au bout. On a continué à bien défendre et même quand on a fini à quatre, on a continué à marquer des buts.

Valentin Porte : Ça étonne toujours quand une nation reconnue perd contre une nation plus faible mais on savait qu’une équipe comme le Brésil pourrait poser des problèmes à tout le monde. De là à gagner, je ne le pensais pas et cela fait nos affaires. Ce n‘était pas prévu mais on prend. Cela n’a rien changé dans notre approche du match ce soir. On a montré que lorsqu’on joue un match contre une équipe plus faible, on peut bazarder le début de match. Ce soir, j’ai aimé l’état d’esprit, on a été très fort et on a bien commencé avant de dominer.

Dika Mem : On sait que gagner comme ça est important pour le goal-average et on a été concentré jusqu’au bout, la preuve le dernier temps-mort. Le dernier but peut compter à la fin. Même en sachant que le Brésil avait gagné, on est resté concentré. Demain, c’est repos, mais il va falloir vite préparer le match contre la Croatie.

STATISTIQUES :
ISLANDE - FRANCE : 22-31 (11-15)
Arbitres : Mirza Kurtagic et Mattias Wetterwik (Swe)
À Cologne, Lanxess aréna - 18529 spectateurs

ISLANDE : Gardiens : Gustavsson (2 arrêts / 11 tirs), Bjorgvinsson (14 arrêts / 32 tirs) - Joueurs de champ : Elisson (2/4), Sigurmansson (), Gislason (2/2), Gudmunsson (2/7), Magnusson (0/2 dont 0/1 pén), Ingason, Kristjansson (), Arnarsson (2/3), Gudjonsson (4/6), Gustafsson, Thrastarson (2/4), Jonsson (5/8), Rikhardsson (), Einarsson (3/8) - Exclusions temporaires : Arnarsson (6’), Gustafsson (10’)

FRANCE : Gardiens : Dumoulin (2 arrêts / 4 tirs), Gérard (14 arrêts / 32 tirs dont 1/1 pén) - Joueurs de champ : Rémili (0/3), Lagarde (2/2), Richardson (5/5), Mem (1/3), N. Karabatic (1/3), Mahé (3/6), Grébille (2/4), N’Guessan (2/6), Abalo (4/5), Guigou (2/2), L. Karabatic, Fabregas (2/3), Dipanda, Porte (5/5) - Exclusions temporaires : N. Karabatic (38’), L. Karabatic (48’, 57’), Fabregas (54’), Mem (55’)

LES 16 JOUEURS : Gardiens : Cyril DUMOULIN (HBC Nantes) - Vincent GÉRARD (Montpellier HB) / Ailiers gauches : Mathieu GREBILLE (Montpellier HB) - Michaël GUIGOU (cap) (Montpellier HB) / Ailier-gauche - demi-centre : Kentin MAHÉ (Telekom Veszprem) / Arrières gauches : Romain LAGARDE (HBC Nantes) - Timothey N'GUESSAN (FC Barcelone) / Demi-centres : Nikola KARABATIC (Paris SG HB) - Melvyn RICHARDSON (Montpellier HB) / Demi-centre - arrière droit : Dika MEM (FC Barcelone) / Pivots : Ludovic FABREGAS (FC Barcelone) - Luka KARABATIC (Paris SG HB) - Cédric SORHAINDO (cap) (FC Barcelone) / Arrières droits : Adrien DIPANDA (St-Raphaël Var HB) - Nedim REMILI (Paris SG HB) / Ailiers droits - arrières droits : Valentin PORTE (Montpellier HB) / Ailier droit : Luc ABALO (Paris SG HB) - JOUEUR SUPPLÉMENTAIRE : Nicolas CLAIRE (HBC Nantes) - JOUEUR AU CONTACT DU GROUPE : Cédric SORHAINDO (FC Barcelone)

LE STAFF : Entraîneur :
Didier DINART / Entraîneur-adjoint et préparateur physique : Guillaume GILLE / Responsable vidéo : Vincent GRIVEAU / Médecin : Pierre SÉBASTIEN / Kinésithérapeutes : Sébastien GAUTIER, Jean-Christophe MABIRE et Jacques MIQUEL / Directeur Technique National : Philippe BANA / Responsable administrative et logistique : Emmanuelle MOUSSET / Relation médias : Hubert GUÉRIAU / Chef de délégation et vice-président délégué de la FFHandball : Jacques BETTENFELD

PROGRAMME ET RÉSULTATS

Tour principal à Cologne (Lanxess Arena) - Groupe 1 :
Samedi 19 janvier : France - Espagne : 33-30 (17-15)
Dimanche 20 janvier : Islande - France : 22-31 (11-15)
Mercredi 23 janvier à 18h00 (beIN SPORTS 1 en direct) : France - Croatie

Classement groupe I : 1/ France 7 pts 2/ Allemagne 5 pts (-1) 3/ Croatie 4 pts (-1) 4/ Espagne 2 pts (-1) 5/ Brésil 2 pts (-1) 6/ Islande 0 pt

LA FORMULE :
26ème Championnat du monde masculin IHF avec 24 équipes.
- Les trois meilleures équipes de chaque groupe se qualifient pour le tour principal avec les points acquis face aux équipes qualifiées (2 groupes)  à Cologne et à Herning du 19 au 23 janvier. Les équipes classées 1e, 2e et 3e du groupe A croisent avec celles du groupe B, idem pour C et D.
- Les équipes classées 4e, 5e et 6e jouent la Coupe du Président à Cologne et à Copenhague, les 19 et 20 janvier.
- Les 2 meilleures équipes de chacun des deux groupes du tour principal se qualifient pour les demi-finales qui se tiennent à Hambourg le 25 janvier.
- La finale et le match pour le bronze se jouent à Herning le 27 janvier.

  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • Hand-clean