#EDF-F - EHF EURO 2018 - Vivement la Slovénie

Après la défaite concédée face à la Russie, Olivier Krumbholz n’a pas masqué sa déception mais le sélectionneur espère que ce match perdu sera un détonateur. Il vise bien évidemment avec ses joueuses une première victoire dimanche après-midi face à la Slovénie, à 15h en direct sur beIN SPORTS 2.

Le site officiel

Se laisser traverser par les émotions.
« Nous sommes un peu touchés par le résultat car nous avons produit beaucoup d’efforts mais cela n’a pas suffi. L’équipe de France n’est pas encore totalement en place. » Et l’analyse n’est pas si aisée car l’équipe de Russie a produit une fin de match remarquable au point de mettre la défense tricolore en difficulté. « Heureusement, nous avons serré le score. » Olivier Krumbholz en a vu d’autres : l’an passé le Mondial avait débuté par une défaite surprise sur la Slovénie (23-24 à Trèves) avant la suite qui a porté les Bleues sur le toit du monde. Si naturellement le contexte est différent sur cet EHF EURO 2018 (les points acquis sont conservés au tour principal), la défaite inaugurale face à la Russie n’est pas rédhibitoire. « Il n’y a pas de place pour l’amertume. L’équipe est championne du monde en titre et sait faire des choses. On espérait un meilleur départ. Avons-nous mis trop l’accent sur ce match-là ? Avec trop de pression ? On ne le pense pas. Et de considérer : il faut se laisser traverser par les émotions. Les filles sont déçues mais elles ne sont pas abattues. Nous avons affronté une très belle équipe russe qui a fini par nous marcher dessus. Ce match sera un détonateur dans leur tête. »

Rigueur et discipline
Si Olivier Krumbholz et ses adjoints réservent la finesse de leur analyse aux joueuses, il a toutefois livré plusieurs pistes. « Je le dis souvent mais la difficulté d’un sport collectif, c’est la discipline et la rigueur associée à des prises d’initiatives individuelles. Et de positiver : j’ai la sensation que nous avons commis énormément d’erreurs que l’on peut éliminer. Lorsqu’on joue face à une école aussi précise que l’école russe, il ne faut pas être désordonné. Les filles ont voulu bien faire, trop en faire. Elles se sont mises dans le rouge physiquement et ont manqué d’énergie en fin de match. » Le moment exact où les deux étoiles russes Daria Dmitrieva et Anna Vyakhireva ont imprimé un tempo subtil pour bouger la défense tricolore et boucler la partie avec un avantage de +3 (26-23) alors que les Bleues possédaient aussi trois buts d’avance (15-12) à la 36e minute. « Nous avons alors manqué de lucidité. » Ces derniers jours, le Lorrain n’avait cessé de prévenir : « Nous venons de jouer la Norvège et je considère que la Russie possède plus de potentiel humain. Nous avons joué un porte-avions et nous avons rompu. »

Orlane Kanor : « très sympa à entraîner et à manager. »

« Oui j’espérais qu’on ferait mieux sur les pertes de balles et qu’on s’améliorerait. Je ne pensais pas qu’on perdrait autant de ballons en début de match. On s’est mis dans le rouge tout seul. Lorsqu’on a bien joué au Handball, en montée de balle et en attaque placée, nous avons trouvé des solutions. » Et le Lorrain de louer l’apport d’une Orlane Kanor brillante avec un éclatant 6 sur 7. « Cela correspond à notre meilleure période dans le match. Elle est bonne à l’entraînement, elle avance vite : elle réalise des progrès presque tous les jours. Elle a vite réglé ses problèmes de timing dans les passes. C’est très sympa de l’entraîner et de la manager. Avec elle, c’est action - réaction. Nous avons besoin d’une joueuse de la base arrière qui prenne des responsabilités, qui prend de la vitesse et qui tape fort. » Une prestation qui contraste avec les difficultés dans ce secteur rencontrées par Grace Zaadi, Allison Pineau et Alexandra Lacrabère. Et d’asséner son mot d’ordre avant d’aborder la Slovénie. « Dans un Euro, il faut être là à chaque match et les prendre un par un. Il faudra gagner le prochain et ça ira mieux. » Rendez-vous est pris dimanche face à la Slovénie, à 15h et en direct sur beIN SPORTS 2.

Le dispositif media

EHF EURO 2018 EN FRANCE
Tour préliminaire à Nancy (Palais des Sports Jean Weille) : poule B

Jeudi 29 novembre : France - Russie : 23-26 (11-11)
Dimanche 2 décembre à 15h00 en direct sur beIN SPORTS 2 : Slovénie - France
Mardi 4 décembre à 21h00 en direct sur beIN SPORTS 3 : France - Monténégro

LA SÉLECTION DE 16 JOUEUSES : Gardiennes : Laura GLAUSER (Metz HB) - Amandine LEYNAUD (Györ, Hongrie) / Ailières gauches : Siraba DEMBÉLÉ-PAVLOVIC (Toulon Saint-Cyr Var HB) - Manon HOUETTE (Metz HB) / Arrières gauches : Orlane KANOR (Metz HB) - Kalidiatou NIAKATÉ (Nantes LA) - Estelle NZE-MINKO (Siofok, Hongrie) / Arrière gauche / Demi-centre : Allison PINEAU (Brest Bretagne HB) / Pivots : Béatrice EDWIGE (Metz HB) - Pauletta FOPPA (Brest Bretagne HB) - Astride N'GOUAN (Metz HB) / Demi-centres :  Grace ZAADI (Metz HB) / Arrières droites : Camille AYGLON-SAURINA (Nantes LA) - Alexandra LACRABÈRE (Fleury Loiret) / Ailières droites : Pauline COATANEA (Brest Bretagne HB) - Laura FLIPPES (Metz HB)

LE STAFF : Entraîneur : Olivier KRUMBHOLZ / Adjoints : Sébastien GARDILLOU et Christophe CAILLABET / Analyste Vidéo : David BURGUIN / Préparation physique : Pierre TERZI / Médecin : Cindy CONORT / Kinésithérapeutes : Célestin DAILLY, Pierre GILLET et Guillaume ROUSSELIN / Préparateur mental : Richard Ouvrard / Assistant : Philippe RAJAU / Relation Media : Diane PROUHET.

Publicité

  • France Euro 2018
  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • EHF
  • Hand-clean