#EDF-F- EHF EURO 2018 - Trois questions à Philippe Bana.

Le Directeur technique national, Philippe Bana, a vécu cet Euro au cœur de la délégation tricolore. Il évoque les conséquences de ce titre européen remporté dimanche par l’équipe de France féminine dans une AccorHôtels aréna brûlante.

Que représente ce titre ?
C’est un rêve. Ce titre représente une espèce de vision que l’Euro pouvait servir de tremplin pour la pratique féminine. La réussite de cette équipe sur cet Euro apparaît comme un calcul diabolique. En réalité, c’est un chemin de croix que les filles ont fabriqué au fur et à mesure.

Un projet auquel elles ont adhéré dès le lendemain de leur sacre mondial….
J’aime beaucoup l’idée d’avoir fait rêver les filles et de leur avoir montré un avenir potentiellement radieux. Nous leur avons installé un chemin qu’elles ont pris pour courir dessus comme des dingues. Le Hand féminin est définitivement mis sur orbite par l’enchainement des podiums et des titres.

Qualifiées pour le prochain Mondial 2019 au Japon, pour les J.O. de Tokyo 2020, les J.O. de Paris 2024… En quoi cela représente une forme de luxe pour la programmation ?
Je remarque que les joueuses sont soumises de plus en plus aux chocs et aux blessures. Je m’inquiète pour leur santé et je souhaite que nous les préservions, les protégions. Cette victoire leur donne une sorte d’assurance-vie qui permettra d’aménager des plages de repos supplémentaires, de s’éviter un TQO au milieu de la Ligue des Champions. Cela autorisera aussi à manager le groupe différemment. Cela déjà fait partie de nos échanges avec Olivier Krumbholz. J’ai eu aussi de longues conversations avec Amandine, Siraba et d’autres encore. Ce titre et les diverses qualifications pourraient leur permettre d’aller plus loin que ce qui aurait pu être prévu si on avait échoué dans cette espèce de rêve que l’on a fabriqué ensemble.

  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • Hand-clean