#EDF-F - EHF EURO 2018 - Le grand soir du grand événement

Championnes du monde en titre, les Bleues ont l’ambition de voir encore plus grand. Jamais sacrées championnes d’Europe, elles visent le doublé avec un premier titre continental sur ce grand événement jamais organisé en France. Première étape pour le collectif d’Olivier Krumbholz face à la Russie jeudi à 21h à Nancy, à suivre aussi sur grand écran et en direct sur beIN SPORTS 1. Le sélectionneur a annoncé ce mercredi soir, à l'issue du dernier entraînement, la liste des seize joueuses retenues pour la compétition... Catherine Gabriel et Jannela Blonbou restent au contact du groupe tandis que Pauletta Foppa (17 ans) fait partie des seize.

Le site officiel

Face aux médias, Olivier Krumbholz affiche une mine sereine. Celle du vieux lion qui se prépare à un joyeux festin. Carnassier depuis son retour à la tête de l’équipe de France en janvier 2014, le Lorrain a mené son équipe à trois podiums consécutifs : vice-championne olympique aux J.O. de Rio 2016, médaillée de bronze à l’EHF EURO 2016 en Suède, championne du monde 2017 en Allemagne, l’équipe de France visera à nouveau le podium et la victoire, le dimanche 16 décembre à l’AccorHotels Aréna, à Paris. Au retour de Norvège et de la 2e étape de de la Golden League, le coach a pointé les difficultés en attaque. « Des filles sont en grande forme et d’autres pas encore en forme. Le secret de notre réussite passera par le rythme et le timing en attaque placée. Les filles avaient beaucoup d’envie et ont été desservies par cette envie. Et de poursuivre : l’ambiance avec les filles est bonne. Le travail vidéo d’analyse du jeu des adversaires et de leur propre jeu est très synthétique. Nous avons les moyens de régler en 48h nos difficultés en attaque. » Jeudi soir, c’est la Russie, championne olympique, qui se présentera face aux championnes olympiques. Lors du Trophée Carpati à Bucarest (Roumanie) le week-end passé, les Russes ont perdu face au pays hôte (24-25) avant de s’imposer face à la Serbie (33-32). « Il manquait les quatre meilleures joueuses restées en Russie, relativise Olivier Krumbholz. Sauf si grosse crise, je n’y crois pas une seule seconde, ce n’est pas du tout la même équipe qui se présentera à Nancy : toutes les forces rencontrées aux JO 2016 plus quelques jeunes.  Cette équipe a flâné depuis son titre olympique mais elle sera très dangereuse. » Il s’agira de la revanche de la finale des JO de Rio (2016) où la France s’était inclinée face à l’équipe de l’emblématique Evgeni Trefilov (22-19) sans parvenir à décrocher un premier titre olympique. « Quelle plus belle affiche pour débuter un Euro à la maison qu’un France - Russie ? » s’enthousiasme Sébastien Gardillou. Les Bleues « n’auront pas le temps de s’échauffer » tempère l’entraîneur adjoint de l’équipe de France. « Le vainqueur de ce match-là pourra se mettre en position idéale pour avancer dans le tournoi. »

Avec le soutien du public français
« Jouer en France est plutôt un avantage. Je ne vois pas pourquoi ce serait un avantage pour Metz et Brest en Ligue des Champions et pas pour l’équipe de France ?, interroge Olivier Krumbholz. Nous serons soutenus par notre public et nos supporters. Il faudra profiter de l’environnement et tirer profit du contexte favorable. Il faudra aussi se préserver un peu mais je ne suis pas inquiet car nous avons des joueuses d’expérience. » Une expérience qui sera très précieuse dans un contexte très relevé. « Je vais engager toutes mes forces pour emmener l’équipe de France à Paris. Il s'agirait de notre 4e participation consécutive aux demi-finales. L’Euro serait réussi pour l‘équipe de France et pour le Comité d’Organisation. » En plus de la médaille d’or, l’équipe victorieuse aura composté son billet pour les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo. « L’Euro représente aussi cette qualification. Participer au tournoi olympique n’est pas facile car seulement 12 équipes seront qualifiées. Le Handball français réussit tellement, que l’on croit toujours que tout est acquis. » Auréolée de son titre mondial, l’équipe de France ne pourra pas se cacher pendant la quinzaine continentale. « Nous affronter est important pour les adversaires. Autant, il y a une fatalité à se faire battre par la Norvège, autant notre titre a généré de la jalousie. Les autres équipes se disent : cela aurait pu être nous. » Avant de quitter les journalistes venus à la rencontre du sélectionneur qui a mené l’équipe de France féminine sur tous les podiums, Olivier Krumbholz a tenu à relativiser : « Une victoire sur les Russes et la qualification ne sera pas acquise. Une défaite et on y croira encore, il faudra remotiver les troupes pour battre la Slovénie et le Monténégro, deux équipes qui jouent très bien et qui rendent cette poule B très difficile. Pour autant, on prend les matches dans l’ordre. Mais il est hors de question de ne pas jeter toutes nos forces dans la bataille sur la Russie. » Un adversaire qui aura la même ambition : triple championne olympique et septuple vainqueur du Mondial, il n’est jamais monté sur le toit de l’Europe.

Le point sur la liste
« Estelle a un petit souci au pied mais qui ne remet pas en cause sa participation », a indiqué le sélectionneur. La gardienne Catherine Gabriel sera en réserve dans les dix-huit. La dernière place parmi les seize s'est disputée entre Jannela Blonbou et Pauletta Foppa. Cette dernière a été choisie par Olivier Krumbholz : à 17 ans, Pauletta Foppa participera donc à sa première compétition majeure.

Le dispositif media

EHF EURO 2018 EN FRANCE
Tour préliminaire à Nancy (Palais des Sports Jean Weille) : poule B

Jeudi 29 novembre à 21h00 en direct sur beIN SPORTS 1 : France - Russie
Dimanche 2 décembre à 15h00 en direct sur beIN SPORTS 2 : Slovénie - France
Mardi 4 décembre à 21h00 en direct sur beIN SPORTS 3 : France - Monténégro

LA SÉLECTION DE 16 JOUEUSES : Gardiennes : Laura GLAUSER (Metz HB) - Amandine LEYNAUD (Györ, Hongrie) / Ailières gauches : Siraba DEMBÉLÉ-PAVLOVIC (Toulon Saint-Cyr Var HB) - Manon HOUETTE (Metz HB) / Arrières gauches : Orlane KANOR (Metz HB) - Kalidiatou NIAKATÉ (Nantes LA) - Estelle NZE-MINKO (Siofok, Hongrie) / Arrière gauche / Demi-centre : Allison PINEAU (Brest Bretagne HB) / Pivots : Béatrice EDWIGE (Metz HB) - Pauletta FOPPA (Brest Bretagne HB) - Astride N'GOUAN (Metz HB) / Demi-centres :  Grace ZAADI (Metz HB) / Arrières droites : Camille AYGLON-SAURINA (Nantes LA) - Alexandra LACRABÈRE (Fleury Loiret) / Ailières droites : Pauline COATANEA (Brest Bretagne HB) - Laura FLIPPES (Metz HB)

LE STAFF : Entraîneur : Olivier KRUMBHOLZ / Adjoints : Sébastien GARDILLOU et Christophe CAILLABET / Analyste Vidéo : David BURGUIN / Préparation physique : Pierre TERZI / Médecin : Cindy CONORT / Kinésithérapeutes : Célestin DAILLY, Pierre GILLET et Guillaume ROUSSELIN / Préparateur mental : Richard Ouvrard / Assistant : Philippe RAJAU / Relation Media : Diane PROUHET.

  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • Hand-clean