• Accueil > 
  • Actualités > 
  • #EDF-F - EHF EURO 2018 - La France un peu plus haute que les Pays-Bas

#EDF-F - EHF EURO 2018 - La France un peu plus haute que les Pays-Bas

La 2e demi-finale de l’EHF EURO 2018, vendredi soir à 21h (à suivre en direct sur beIN SPORTS 1 et sur TMC), s’annonce bouillante. Entre Bleues et Oranjes, il sera question de suprématie européenne puisque leur meilleure ennemie, la Norvège, ne s’est pas invitée au carré final. Il sera aussi question de revanches entre deux formations souvent face-à-face dans les matches décisifs.

Le site officiel

Achetez des places pour le carré final

Depuis 2016, l’équipe de France atteint systématiquement le dernier carré, avec, à chaque fois, une médaille à la clef. Vice-championne olympique, médaillée de bronze à l'Euro et championne du monde en titre, l'équipe de France est devenue une véritable machine à broyer l'adversité. Hormis la pression prise de plein fouet en ouverture face aux Russes et à une excellente prestation des Suédoises, les Bleues sont les favorites, avec la Russie, pour décrocher le titre et filer directement vers les J.O. de Rio. La bonne affaire... Des retrouvailles en finale avec la Russie, soit dans le même schéma qu'aux J.O. de Rio, seraient un délice, un moment Handballissime. Si la Russie est bien favorite face à une Roumanie privée de sa star Cristina Neagu, les Néerlandaises ne se priveront pas de bousculer les Tricolores.

Cinq à la suite pour les Bataves
Depuis 2016, l’équipe de France atteint systématiquement le dernier carré, avec, à chaque fois, une médaille à la clef. Vice-championne olympique, médaillée de bronze à l'Euro et championne du monde en titre, l'équipe de France est devenue une véritable machine à broyer l'adversité. Hormis la pression prise de plein fouet en ouverture face aux Russes et à une excellente prestation des Suédoises, les Bleues sont les favorites, avec la Russie, pour décrocher le titre et filer directement vers les J.O. de Rio. La bonne affaire... Des retrouvailles en finale avec la Russie, soit dans le même schéma comme J.O. de Rio, seraient un délice, un moment Handballissime. Si la Russie est archi-favorite face à une Roumanie privée de sa star Cristina Neagu, les Néerlandaises ne se priveront pas de bousculer les Tricolores. « Sans leurs deux pivots, franchement je pensais qu’elles n’y arriveraient pas, avoue Siraba Dembélé-Pavlovic. Dans ces situations, il y a toujours des filles qui se réveillent et cela ouvre le champ à d’autres joueuses. Du coup, on a l’impression qu’on ne s’agit plus vraiment de la même équipe. » Une formation redoutable qui a même dû se passer de son métronome, Nycke Groot, blessée dans un choc à la tête lors du tournoi principal à Nancy. Revenue quelques minutes en jeu face à l’Allemagne mercredi, la Néerlandaise jouera sûrement face aux Bleues. « Elle jouera certainement, je l’espère pour elle, mais dans quel état, interroge Olivier Krumbholz. C’est bien évident que c’est toujours plus difficile de contrer une équipe face à une joueuse exceptionnelle à la mène et à la passe. »

Cinq à la suite pour les Bataves
Pour les Pays-Bas, la série est plus impressionnante encore avec cinq demi-finales de rang, cette fois à la sortie de Nancy avec la première place du groupe II, devant la Roumanie. Depuis le Mondial 2015 au Danemark, les Pays-Bas se faufilent systématiquement dans le dernier carré et optimisent… sauf lorsque les Néerlandaises croisent la route des Bleues au moment de la distribution des médailles. À Rio, les Bleues leur ont barré la route de la finale. Les Néerlandaises ont toutefois bien optimisé leur potentiel avec deux médailles mondiales (argent 2015 et bronze 2017) et une européenne (argent 2016). Leur coach, la Danoise Helle Thomsen, aimerait sans doute poursuivre sa série. Après le bronze obtenu avec la Suède en 2014 puis l’argent en 2016 avec les Pays-Bas, l’or ne dépareillerait pas dans la collection de la technicienne…

Des images positives
L’expérience de ce type de rendez-vous, avec deux chances de médailles, a souri aux Françaises. Sur la scène européenne, en 2002, 2006 et 2016, les Bleues ont certes manqué la finale mais ont su à chaque fois repartir avec une récompense. Et depuis 2016, c’est une habitude tenace qui envoie les Bleues et leurs lèvres rougies parader. « C’est en effet la 4e demi-finale de suite. En écoutant les anciennes, cela représente beaucoup. Je suis arrivée au début du truc, c’est cool », confie hier soir Manon Houette, à la sortie d’une nouvelle prestation très aboutie après les légers doutes nés du match nul face à la Suède. « J’ai plein d’images positives. Individuellement les joueuses ont été brillantes », appréciait Olivier Krumbholz qui ne boudait pas son plaisir à rejoindre Paris. Via un TGV Nantes-Paris ce jeudi matin, le collectif tricolore a rejoint l’hôtel dédié aux équipes à proximité de l’AccorHotels aréna qui attend ses étoiles. Un groupe champion du monde épargné par les blessures et qui semble dans une forme optimale, impressionnante même à ce stade de la compétition. « Je pense que tout fera la différence. L’engagement physique notamment et la capacité à faire tourner avec toutes les joueuses opérationnelles, afin d'avoir de la fraîcheur pendant 60 minutes. » Un message relayé par capitaine’ Siraba : « c’est rare d’arriver à ce moment de la compétition et de te lever le matin sans douleurs. On a la chance de se dire, tiens j’ai encore de l’énergie pour y aller. Cette énergie, il faudra la canaliser. » De l’énergie et de la constance, il en faudra et même un peu plus. « Elles se battent comme des meurt-de-faim, » prévenait une Béatrice Edwige rayonnante et qui aura encore un rôle clef au cœur de la défense. Car si dans secteur ça va, alors tout va…

Dans un carré européen, les Bleues sont toujours médaillées
Pour les Pays-Bas, la série est plus impressionnante encore avec cinq demi-finales de rang, cette fois à la sortie de Nancy avec la première place du groupe II, devant la Roumanie. Depuis le Mondial 2015 au Danemark, les Pays-Bas se faufilent systématiquement dans le dernier carré et optimisent… sauf lorsque les Néerlandaises croisent la route des Bleues au moment de la distribution des médailles. À Rio, les Bleues leur ont barré la route de la finale. Les Néerlandaises ont toutefois bien optimisé leur potentiel avec deux médailles mondiales (argent 2015 et bronze 2017) et une européenne (argent 2016). Leur coach, la Danoise Helle Thomsen, aimerait sans doute poursuivre sa série. Après le bronze obtenu avec la Suède en 2014 puis l’argent en 2016 avec les Pays-Bas, l’or ne dépareillerait pas dans sa collection… Une couleur que les Bataves n'ont encore jamais touchée.

Les cinq dernières confrontations : France : 2 - 3 : Pays-Bas
Quart de finale - Mondial 2015 au Danemark : Les Pays-Bas s’imposent 28 à 25 et décrochent ensuite la médaille d’argent. La première récompense majeure pour cette nation. L’équipe de France termine à la 7e place ; Alain Portes sera ensuite démis de ses fonctions.

Tournoi de Qualification olympique à Metz : Rappelé au chevet de l’équipe de France, Olivier Krumbholz voit, chez lui, son équipe s’incliner face aux vagues oranjes (17-24). Une défaite sans conséquence car dans ce TQO relativement aisé (avec Japon et Tunisie), les deux équipes se qualifient pour les J.O. de Rio 2016

Jeux olympiques de Rio : Lors du tour préliminaire, les Bleues serrent le jeu et s’imposent 18-14. Les deux formations se font à nouveau face en demi-finale. Après leur exploit face à l’Espagne, les Tricolores brillent dans le money-time pour entrer en finale (28-27).

Euro 2016 en Suède : Lors du tour préliminaire, Danick Snelder et ses partenaires prennent une petite revanche (18-17) sur la défaite traumatisante subie aux J.O.  Les deux équipes s’évitent dans le dernier carré : la France remporte la médaille de bronze avant que les Pays-Bas n’échouent d’un rien en finale face aux Norvégiennes.

Le parcours des deux équipes à l’EHF EURO 2018

France : 4v - 1n - 1d

Tour préliminaire à Nancy (Palais des Sports Jean Weille) - Poule B
Jeudi 29 novembre :
 France - Russie : 23-26 (11-11)
Dimanche 2 décembre : Slovénie - France : 21-30 (9-17)
Mardi 4 décembre : France - Monténégro : 25-20 (16-8)
Tour principal à Nantes (Hall XXL) - Groupe I
Jeudi 6 décembre :
Danemark - France : 23-29 (11-17)
Dimanche 9 décembre : Suède - France : 21-21 (14-11)
Mercredi 12 décembre : Serbie - France : 28-38 (14-18)

Pays-Bas : 5v - 1d
Tour préliminaire à Montbéliard (Axone) - Poule C

Samedi 1er décembre : Hongrie - Pays Bas : 25-28 (11-11)
Lundi 3 décembre : Pays-Bas - Espagne : 28-27 (14-11)
Mercredi 5 décembre : Pays-Bas - Croatie : 34-23 (17-10)
Tour principal à Nancy (Palais des Sports Jean Weille) - groupe II
Dimanche 9 décembre : Pays-Bas
- Roumanie : 29-24 (11-10)
Mardi 11 décembre : Pays-Bas - Norvège : 16-29 (7-15)
Mercredi 12 décembre : Pays-Bas - Allemagne : 27-21 (13-11)

Le dispositif media

EHF EURO 2018 EN FRANCE
Finalités à Paris (AccorHotels Aréna)

Vendredi 14 décembre :
Places 5 et 6 à 14h30 : Suède - Norvège
Demi-finales à 17h30 : Russie - Roumanie et à 21h00 : France - Pays-Bas

Dimanche 16 décembre :

Places 3-4 à 14h00 : vaincus des demies
Finale à 17h30 : vainqueurs des demies

LA SÉLECTION DE 16 JOUEUSES : Gardiennes : Laura GLAUSER (Metz HB) - Amandine LEYNAUD (Györ, Hongrie) / Ailières gauches : Siraba DEMBÉLÉ-PAVLOVIC (Toulon Saint-Cyr Var HB) - Manon HOUETTE (Metz HB) / Arrières gauches : Orlane KANOR (Metz HB) - Gnonsiane NIOMBLA (Metz HB) - Estelle NZE-MINKO (Siofok, Hongrie) / Arrière gauche / Demi-centre : Allison PINEAU (Brest Bretagne HB) / Pivots : Béatrice EDWIGE (Metz HB) - Pauletta FOPPA (Brest Bretagne HB) - Astride N'GOUAN (Metz HB) / Demi-centres :  Grace ZAADI (Metz HB) / Arrières droites : Camille AYGLON-SAURINA (Nantes LA) - Alexandra LACRABÈRE (Fleury Loiret) / Ailières droites : Pauline COATANEA (Brest Bretagne HB) - Laura FLIPPES (Metz HB)

LE STAFF : Entraîneur : Olivier KRUMBHOLZ / Adjoints : Sébastien GARDILLOU et Christophe CAILLABET / Analyste Vidéo : David BURGUIN / Préparation physique : Pierre TERZI / Médecin : Cindy CONORT / Kinésithérapeutes : Célestin DAILLY, Pierre GILLET et Guillaume ROUSSELIN / Préparateur mental : Richard Ouvrard / Assistant : Philippe RAJAU / Relation Media : Diane PROUHET.

  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • Hand-clean