• Accueil > 
  • Actualités > 
  • #Coupe de France nationale masculine - Paris, en attendant le Final Four

#Coupe de France nationale masculine - Paris, en attendant le Final Four

En clôture d’une journée de finales, le Paris SG a fait valoir son statut de favori face à Nîmes, après une entame poussive (26-32). Paris glane sa quatrième coupe de France.

Revivre toutes les finales

Revivre le live scoring
 
S’il est bien une équipe aujourd’hui capable de renverser ou d’embêter n’importe qui dans l’Hexagone, c’est assurément ces petits bonhommes verts issus du Gard. 24 ans après leur dernier succès en Coupe de France, les hommes de Franck Maurice ont fait montre de leur appétit insatiable en prenant à la gorge les Parisiens, pas totalement réveillés (5-3, 10e). Secoués, ils vont l’être durant le premier quart d’heure (7-3, 12e), avant que Noka Serdarusic n’effectue ses premiers changements, sortant un Sander Sagosen en-dedans, et un Thierry Omeyer auteur d’aucun arrêt (sur huit tentatives). Une opération positive, puisque les joueurs de la capitale vont enfin mettre la marche avant (11-10, 22e  ; 13-14, 28e) dans le sillage du Danois au bandeau le plus connu d’Europe (4/5 en 15 minutes). Les forces de la base arrière (10/15 buts) ont permis aux Parisiens de rentrer aux vestiaires avec un but d’avance (14-15).

Moins en réussite à la reprise du second acte, les nombreux supporters nîmois peuvent compter sur un Rémi Desbonnet, qui enchaîne les arrêts à six mètres, pour rester au contact du PSG (18-18, 40e). Encore à égalité (21-21, 45e), la Green Team prend un éclat sous les coups de boutoir de l’intenable Mikki Hansen (22-27, 50e). De quoi pousser l’ire du portier nîmois agacé par le comportement défensif de ses coéquipiers, qui reculent à chaque impact… Et ce n’est pas en attaque qu’ils se rattrapent, puisqu’ils butent inlassablement sur Rodrigo Corrales. Après un creux de six minutes, le rebond, léger, se fait ressentir au tableau d’affichage (24-28, 54e). Mais il était écrit que le Paris SG 2018 ne laisserait pas réchapper cette Coupe de France. A deux minutes et trente secondes de la fin, Benoît Kounkoud s’envole au-dessus de la zone pour convertir le ballon de la gagne (25-31, 57e). La fin de saison, le moment le plus crucial, est celui qui éveille les appétits. Et l’ogre parisien a faim !

DÉCLARATIONS :
Nedim Remili (Paris SG HB) : on s’attendait à un match hyper dur surtout que nous n’avons pas mis l’intensité nécessaire pour bien débuter. Nous manquions d’agressivité défensivement et même offensivement. On s’est bien arrachés en 2e mi-temps où nous avons livré un beau combat, avec beaucoup d’envie. Je suis très fier et maintenant il nous 2 titres supplémentaires à décrocher. Ce soir, j’ai été mis en bonne position par mes coéquipiers et j’ai eu de la réussite au shoot.

Nikola Karabatic (Paris SG HB) : Cette victoire est importante pour nous dans ce sprint final. C’est important aussi car c’est à Paris, à Bercy et devant 15000 spectateurs, c’est la fête du hand. Aussi parce que c’était très difficile avec une équipe de Nîmes valeureuse qui joue très bien au Hand avec beaucoup de tempo. Nous avons dû nous battre alors que nous étions menés en 1e mi-temps et garder le cap. Voilà, ce soir nous sommes heureux.

Daniel Narcisse (capitaine, Paris SG) : Chaque titre a une saveur différente et une histoire différente. Et tous sont beaux. On prend plaisir, il y a de la fierté et de l’émotion que l’on partage en équipe. Bercy, c’est toujours particulier, surtout pour moi. Maintenant, je tiens à félicier Nîmes pour son parcours et son match, parce qu’on a connu une finale compliquée avec beaucoup de problématiques. L’entame n’a pas été très bonne, ou alors ce sont les Nîmois qui ont bien débuté… Mais on ne s’est pas affolés On avait le mental pour ne rien lâcher. Je suis fier que l’équipe se soit mis au diapason.

Mikkel Hansen (arrière Paris SG) : Après quinze minutes de jeu, on n’en menait pas large avec trois buts inscrits. Notre force, c’est de continuer à jouer même quand on n’y arrive pas. On a été la cherche celle-là. Cependant, j’espère que le plus beau reste à venir avec la Ligue des champions. On n’y ira pas pour gagner que le premier match cette fois-ci.

Franck Maurice (entraîneur de l’USAM Nîmes) : C’est dommage qu’en fin de première période et au début de la seconde, on ne marque pas de buts. Parce qu’on y était, mais physiquement ça a été dur et on s’est éparpillés. Après on a été au rendez-vous de cette finale. Il y a de la déception à cause de l’investissement, mais tout cela doit nous servir pour la suite. On est en train de bâtir quelque chose de solide avec des jeunes. Ce genre de moment est fondateur et fédérateur.

Julien Rebichon (capitaine de l’USAM Nîmes) : On a fait un beau match. Le seul regret est cet écart final. On a joué face à une grande équipe, mais durant 40 minutes on a tenu. On rentre la tête haute. Après, cela s’est joué sur des détails. J’espère que notre public a eu des émotions.

STATISTIQUES   
Samedi 5 mai
- Finale de la coupe de France nationale masculine : USAM Nîmes Gard - Paris Saint-Germain : 26-32 (14-15)
Arbitres :
Charlotte et Julie Bonaventura
13 185 spectateurs

Paris SG HB : Gardiens de but : 12 CORRALES Rodrigo (44’, 8 arrêts)- 16 OMEYER Thierry (15’, 0 arrêt) - Joueurs de champ : 3 GENSHEIMER Uwe (1/3) - 5 MOLLGAARD Henrik - 7 STEPANCIC Luka (1/1) - 9 KEITA Adama - 10 SAGOSEN Sander (0/2) - 11 KOUNKOUD Benoît (3/4) - 18 REMILI Nedim (10/16) - 19 ABALO Luc (3/3) - 24 HANSEN Mikkel (8/10) - 25 NARCISSE Daniel (cap) - 36 NIELSEN Jesper (3/4) - 44 KARABATIC Nikola (3/6) - 99 NAHI Dylan - Le staff : Zvonimir SERDARUSIC (entraîneur) et Staffan OLSSON (adjoint).

USAM Nîmes Gard : Gardiens de but :
 92 DESBONNET Rémi (60’, 12 arrêts) - 55 PAUL Téodor - Joueurs de champ : 4 GALLEGO Benjamin (3/3) - 5 SUTY Jérémy (0/1) - 6 REBICHON Julien (cap) (3/3) - 7 SALOU Rémi (1/1) - 8 NYATEU O’Brian - 9 HALLGRIMSSON Asgeir Orn - 11 DUPUY Quentin (2/6) - 18 KAABECHE Hichem (3/5) - 24 TOBIE Luc (2/5) - 33 VOZAB Tomi (4/4) - 34 PRANDI Elohim (6/11) - 77 GEORGE Steven - 88 GERARD Yvan - 91 SANAD Mohammad (2/4) - Le staff : Franck MAURICE (entraîneur) et Yann BALMOSSIERE (adjoint).

 

 

Publicité

  • France Euro 2018
  • LFH
  • {$partenairesFooter.3.alt}
  • Coupe de France
  • Boutique officielle FFHB
  • EHF
  • Hand-clean