Ce samedi Chambéry a signé une page historique en remportant sa première coupe de France. Battus en 2011 par ces mêmes Dunkerquois, les Savoyards ont pris une revanche éclatante en s’imposant par 31 à 21 (16-8).

CHAMBÉRY SAVOIE MONT-BLANC HB - US DUNKERQUE GRND LITTORAL HB : 31-21 (16-8)
Consultez la feuille de match

Ce serait cruel mais pas injuste d’évoquer un match à sens unique. Et sur l’autoroute. Pour leur 6e finale de coupe de France, les Chambériens n’ont jamais tremblé. Ils ont posé une première main sur la coupe dès l’entame de cette finale, la sixième de la journée dans une AccorHotels Aréna jamais aussi remplie pour cette épreuve (14 443 spectateurs). En panne d’efficacité offensive, les joueurs de Patrick Cazal ont été sanctionnés très tôt dans la partie. Après 17 minutes et trois exclusions, Quentin Minel et sa troupe possédaient déjà 5 buts d’avance (10-5). Alexandre Tritta et Fahrudin Melic enfilaient les buts, à 6m ou de très loin, lorsque Samir Ballachene désertait sa cage. Patrick Cazal, héros de la finale du Mondial 2001 dans le feu P.O.P.B. avait beau secouer ses troupes, haranguer, poser deux temps-mort en l’espace de 8 minutes (12e et 20e), rien n’y faisait. Le Réunionnais rejoignait le vestiaire avec des têtes à soigner et un écart abyssal à combler (16-8).

Les Pas-de-Calaisiens réduisaient l’écart au retour des vestiaires (16-10). Un pansement sur leurs maux qui ne cessaient de s’aggraver tant les hommes d’Erick Mathé, tombeurs de Nantes puis de Montpellier sur les tours précédents, récitaient une partition conforme à leur très jolie saison. La seconde période se résumait à une lente agonie, qui éteignait les chants des supporters de la côte d’Opale. Au relai de Julien Meyer, le futur international Yann Genty bouclait la partie avec des stats ébouriffantes (5 arrêts sur 11 tirs). Alexandre Tritta, auteur d’un épatant 8 sur 8, comme son coéquipier Fahrudin Melic (8/10), contribuaient à la victoire (31-21) face à des Dunkerquois désabusés et déçus par leur prestation exposée sur LA CHAÎNE L’ÉQUIPE, diffuseur officiel de la coupe de France.

En 2011, Chambéry avait rempli un seau de larmes. Cette fois, le retour des Savoyards en TGV, au milieu de la nuit, promet d’être joyeux. Après cinq finales perdues, le club qui a vu grandir la fratrie Gille, a enfin vaincu la malédiction. Pour Dunkerque, sa jeunesse ressortira de l’AHA avec un kit complet d’expérience pour bientôt rebondir.

Déclarations :
Érick Mathé (entraîneur de Chambéry Savoie Mont Blanc HB) :
Nous avons pris les choses en mains très rapidement. Pourtant, ils ont mis une intensité défensive au départ un peu trop élevée à mon avis. Je pense que Dunkerque a mis beaucoup trop d’émotion ce soir et cela s’est retourné contre eux sur la durée. Nous avons été plus sereins et avons réussi à développer notre jeu notamment à partir de la défense. Le scénario était idéal pour nous et nos supporters. On pensait quand même que cela serait plus dur. En championnat dernièrement, ils avaient masqué des choses et déjoué. Ils ont été dévorés par l’événement. De notre côté, j’ai dit aux joueurs que je ne leur en demandais pas plus aujourd’hui que régulièrement à chaque entrainement. Nous sommes exigeants et irréprochables. Ils devaient juste faire comme d’habitude, quel que soit le contexte. Je n’avais pas non plus de raison de déroger à lancer Julien (Meyer), comme depuis le début en coupe de France. Contrairement au championnat où Yann (Genty) est notre gardien numéro un. Il faut bien nourrir aussi Julien qui le mérite amplement. Heureusement, maintenant, on va avoir plus de match la saison prochaine. Et encore deux matches en championnat pour s’offrir peut-être une plus belle coupe d’Europe.

Julien Meyer (joueur de Chambéry Savoie Mont Blanc HB) : Au-delà de la coupe de France, on peut savourer une belle saison. Nous sommes enfin récompensés. Le championnat n’est pas terminé mais ça sent bon. Nous avons sorti des grosses équipes, le parcours n’a pas été facile. Ce soir, nous avons encore déplacé les montagnes. Ce match est à l’image de tout ce que nous avons réalisé depuis le début de la saison. Nous sommes satisfaits. C’est énorme de rapporter ce trophée à Chambéry.

Patrick Cazal (entraîneur de l’US Dunkerque HB Grand Littoral) : C’est la victoire d’un très beau champion, cela ne souffre d’aucune contestation. Chambéry a validé sa supériorité sur nous. Ils ont été capables de dérouler, sur leur dynamique actuelle en championnat. Forcément, je ressens de la colère car l’équipe est passée à côté de l’événement. Je le répète, mais Chambéry nous est supérieur mais ce soir nous n’avons pris aucun plaisir. On ne pourra s’en vouloir qu’à nous-mêmes.
Nous avons surjoué, pas là où il fallait. Dès le premier quart d’heure, le match était plié. Le groupe aura le regret de ne pas avoir joué sa chance à fond. C’est cela qui fait le plus mal car le résultat aurait été sans doute le même, face à l’une des meilleures défenses du championnat.

Abdelkader Rahim (joueur de l’US Dunkerque HB Grand Littoral) : On savait que Chambéry présentait un jeu huilé et on avait préparé plein de choses. Mais nous sommes passés au travers. C’est dur franchement d’en prendre une telle fessée. Je suis triste pour nos supporters. Au moins pour eux, on devait faire un meilleur match. Il y a eu un gros stress sur le premier quart d’heure, tout ce qu’il ne fallait pas faire pour commencer le match. Ils ont pris rapidement le large et on ne les a jamais revus.


HGu

Publicité