Au terme d’un duel intense et extrêmement disputé, les Girondins de Belin-Beliet ont soulevé le deuxième trophée de la journée. Un succès acquis dans les tout derniers instants (30-29).

HBC BELIN-BELIET - AS MEUDON HB : 30-29 (17-13)
Consultez la feuille de match

Les deux formations massivement soutenues par leur cohorte de supporters lançaient sur les chapeaux de roue la deuxième finale de la journée. Un duel inédit à ce stade de la compétition : les Girondins de Belin-Beliet et les Alto-Séquanais de Meudon se rendaient coup pour coup (6-6, 12e). Le demi-centre Benjamin Conter enfilait les buts pour Meudon qui creusait le premier écart significatif (12-9, 21e). Les verts de Belin-Beliet ne baissaient pas la tête. Bien au contraire. Les joueurs de Denis Audebert défendaient avec plus de précision et montaient bien les ballons. Si bien qu’ils signaient un 8 à 1 déchaînant les passions dans les travées de l’AHA ! Fabien Peyruc, le gardien girondin, éteignait les velléités franciliennes et son équipe rejoignait les vestiaires avec 4 buts d’avance (17-13). Les sociétaires de Meudon disposaient de 10 minutes pour se remettre dans le sens d’un match qui leur échappait.

Laurent Iriart avait sûrement trouvé les bons mots pour remobiliser ses joueurs sacrément douchés en fin de première période. Les Alto-Séquanais revenaient avec d’autres intentions, notamment défensives, pour contrer les verts de Belin-Beliet. Les débats s’équilibraient et, après 43 minutes, Marco Casalta, peu en réussite jusque-là, égalisait face à l’excellent Mathieu Garrigue entré au relais de Fabien Peyruc. Les sociétaires de Belin-Beliet reprenaient encore l’avantage (25-23, 26-24) mais sans s’échapper davantage. Le niveau de jeu avait de quoi réjouir les CTS, réunis à la Maison du Handball depuis jeudi, tant la qualité de jeu était remarquable dans cette finale départementale. L’ailier droit Rémy Tran Van Chuoi (7 buts en première période), donnait encore l’avantage aux Girondins 27-26 (57e) avant un 9e but décisif, à une trentaine de secondes du buzzer (30-29). Les joueurs de Meudon obtenaient un jet de 7m pour égaliser mais Mathieu Garrigue (17 arrêts sur 33 tirs) remportait son duel face au maître à jouer des Franciliens : Benjamin Conter (9 sur 12). Forcément, avec un tel épilogue, la frustration envahissait les Meudonais pendant que les Girondins fêtaient leur succès avec leurs supporters. La journée promet d’être longue pour les deux équipes qui méritaient de partager les honneurs.

Déclarations :
Denis Audebert (entraîneur de Belin-Beliet) :
Nous n’avons pas véritablement respecté le temps de jeu sur tout le match. Nous avons manqué de lucidité en première période à mettre sur le compte de l’émotion. Nous avons été un peu fébriles en défense, ce n’est pas notre habitude. Avec leur jeunesse et leur fougue, il ne fallait pas leur laisser la moindre respiration mais nous avons fait l’inverse en seconde période ! Je ne sais pas vraiment expliquer cette fébrilité mais finalement avec l’expérience de nos cadres, et notre gardien qui fait les arrêts, cela fait la différence.

Rémy Tran Van Chuoi (joueur de Belin-Beliet) : Le match était trop intense et j’ai une énorme pointe au mollet qui est revenue sur la réception du dernier tir (et but). Le match a été riche en émotions. Nous sommes menés de trois buts puis nous terminons la première période avec un avantage de + 4. À la mi-temps, nous avions la volonté de revenir avec la même intensité. Nos gardiens ont été monstrueux. Ils n’ont jamais été aussi bons de toute la saison. Je pense qu’ils étaient transcendés par le public et par l’environnement. C’était magique.

Laurent Iriart (entraîneur Meudon) : Nous sommes tombés face à une très belle équipe qui mérite sa victoire sur l’ensemble du match. Nous avons pêché sur la finition. Il faut féliciter le gardien d’en face a fait une grosse partie. En même temps on a tout tiré en haut. J’ai de la frustration sur nos tirs ratés. À la mi-temps, mes joueurs ont pris une vraie craquée dans le vestiaire : je leur ai dit qu’ils étaient revenus dans leur travers, à jouer individuellement alors que nous prenions le jeu collectif depuis le début de la saison. Nous avons fait une belle entame en seconde mi-temps mais on l’a peut-être payé.

Benjamin Conter (joueur de Meudon) : Même si nous avons mené en première mi-temps, je pense que nous avons été rattrapés de plein fouet par l’événement. En deuxième période, nous sommes bien revenus. Nous avons été bons tactiquement mais sur les tirs, beaucoup moins. Nous avons resserré le jeu quand il fallait mais nous avons manqué beaucoup trop de shoots. J’ai profité des décalages créés par mes partenaires. Je sentais bien de tirer le dernier jet de 7m, là mais j’aurais dû tirer entre ses jambes. C’est comme ça.



HGu

Publicité